MENU
Accueil
Coronavirus : ce qui va se passer dans le rap game
Écouter le direct
Booba - capture Instagram
Booba - capture Instagram

Coronavirus : ce qui va se passer dans le rap game

Nous avons réuni une équipe d’experts et ils sont formels : la pandémie actuelle va laisser des traces dans le petit monde du rap.

A moins de vivre en ermite, vous n’êtes pas sans savoir que le Coronavirus, ou Covid-19, est désormais une pandémie, avec toutes les mesures de sécurité sanitaire que cela entraîne. Appliqué au rap, les conséquences seront spectaculaires.

Les galères

Sofiane, qui reste bloqué et confiné de force dans une sombre cité d'Europe de l'Est à cause de la fermeture des frontières en attendant que la pandémie se calme. Au-delà de la 2e semaine, il n’aura d’autre choix que de creuser un tunnel jusqu’au studio le plus proche parce que faut pas déconner non plus.

Niska, qui est désormais accusé d'inciter son public à ne pas se laver les mains à cause des gimmicks/slogans répétés Sale, Monsieur Sal, c’est du sale, etc. En cette période, c’est criminel.

Koba, qui affrontera l’armée dans un combat sans merci. Plusieurs tanks n’auront d’autre choix que de tirer sur sa voiture alors qu’il voulait juste dire avec ses mots à lui qu’il ne pouvait pas faire du télétravail et devait se rendre sur son lieu de boulot, à savoir le studio, rien de plus.

Booba, qui à force de ne pas pouvoir rentrer en France, que ce soit pour bosser ou faire des concerts/showcases, fera ce que tout adulte responsable ferait à sa place : défier le Corona Virus sur instagram pour un octogone sans règle.

Les initiatives citoyennes

Peiné par les dégâts de la maladie sur le moral de son public, Jul vide l’intégralité de ses fonds de tiroirs et lâche un centuple album gratuit pour ses fans. Pour ceux qui ne seraient pas au fait du terme, c’est comme un double album sauf qu’il y en a 100 au lieu de 2.

Des artistes qui ont le cœur sur la main niveau humanitaire et associatif, de Nekfeu à Gims et de Youssoupha à Kery James en passant par IAM, Rockin’Squat, Big Flo et Oli et bien d’autres, n’écoutent que leur cœur et s’unissent pour enregistrer un morceau 19’30 contre le Covid, dans la lignée des illustres 11’30 contre les lois racistes et 16’30 contre la censure. Malheureusement qui dit morceau bénévole dit personne pour nettoyer le micro entre chaque passage, ils se retrouvent donc tous à l’hôpital avant même la fin du mastering.

6ix9ine se fait volontairement inoculer en espérant que ça accélère sa sortie. Sachant qu’il est déjà confiné à l’isolement, sa situation ne bouge pas d’un iota et son plan échoue lamentablement.

Medine fait un story telling émouvant sur un pangolin injustement accusé d’être porteur du virus avant d’être tué par une foule en colère et offre ainsi un huitième épisode à sa série de morceaux Enfant du destin.

Les grands gagnants

Butter Bullets, avec le morceau Seul à la maison  qui devient enfin le tube qu'il aurait dû être, confinement oblige

Cardi B, dont les innombrables remix de sa story insta « Corona is real » se hissent tous au sommet des charts internationaux durant 6 mois, battant ainsi le record du Old Town Road de Lil Nas X.

Kekra, qui lance à point nommé sa marque de masques customisés, un indispensable par les temps qui courent avec une touche de style bienvenue, et surtout il les vend bien moins cher que les « yeezy mask » de Kanye West dont le premier prix reste à 1200 dollars.

Soulja Boy qui devient le rappeur le plus riche au monde devant Dre et Jay-Z, grâce à son investissement dans une société de vente de savon. On s’est beaucoup foutu de sa gueule mais pour le coup il a eu le nez creux. Accompagné du meilleur spot de pub avec son ancien clip et tube Kiss Me Thru The Phone, qui fait aussi parfaitement office de message de prévention.

Le rappeur Rosko, qui devient une tête d’affiche grâce aux streams de son titre Corona Virus même si ça date de 2015 et ne parlait pas du tout de la même chose.

Un DJ véreux concocte un bootleg intitulé Corona-Viru__s en regroupant des apparitions de Teddy Corona et Vîrus. Suite à la confusion il fait un rapide hold-up niveau streams et disparaît sans qu’on sache bien qui c’était. Les soupçons se portent donc naturellement sur DJ Weedim.

Les placements produits de bière Corona se multiplient

Parce que les consommateurs sont quand même avant tout des gros cons, l'action de la marque de boisson Corona ainsi que les ventes sont impactées par la paranoïa ambiante. En conséquence, s’inspirant de Red Bull, des Produits Laitiers, de Coca-Cola, Fanta, Chivas, Havana et à peu près toutes les grandes marques de fringues au monde, Corona mise tout sur les rappeurs pour re-populariser leur produit. On aura donc des placements Corona dans les clips, sur des pochettes, sur instagram, snap et à peu près tous les relais dont disposent nos amis rappeurs.

On découvre que le patient zéro n’était autre que Sch

… et qu’en plus, il est fort probable qu’il ait tout planifié depuis le début. Certes, pour l’instant la thèse privilégiée reste une contamination qui serait partie malencontreusement de Chine suite à des plats pas vraiment homologués. Sauf que cette théorie néglige plusieurs éléments.

1) KPoint a déjà tourné un clip sur la grande muraille de Chine, or le rappeur-guitariste est signé chez Rec 118, et qui trouve-t-on également sur ce label ? Sch.

2) l’un des surnoms de Sch est « numéro 19 », on a toujours cru que c’était en référence au numéro de maillot du footballeur allemand Mario Götze et à la place de la lettre « S » dans l’alphabet, mais pas seulement. C’était aussi par rapport au Covid-19.

3) une fois que son plan a été bien rôdé, Sch s’est permis de revendiquer haut et fort ses intentions sur R.A.C : «  Tu l'as fait, on l'a fait mieux, j'suis une maladie pour eux, ouais ».

4) il a symboliquement attendu l’élimination du Borussia Dortmund pour se venger du PSG (en plus d’avoir des origines allemandes, Sch vient du Sud, il ne doit pas porter le club parisien dans son coeur) en mettant toutes les chances de son côté pour faire capoter la Ligue des Champions.

5) cette page rap genius ne laisse aucune place au doute.

Doctissimo devient le site numéro 1 sur le rap francophone

A la base, doctissimo est un gros site très bien référencé sur les moteurs de recherche, et il a pour thème la santé, le bien-être, etc. Sauf qu’il a aussi une partie forum où à peu près tous les inquiets, angoissés, paranoïaques et autres hypocondriaques francophones viennent chercher des réponses, parfois à des questions hautement perchées. Il semble logique qu’en cette période troublée, son audience dépasse tous les sites concurrents et tous les sites en général, aidé par la psychose ambiante. Or, que cherchent les rappeurs en promo par-dessus tout ? De la visibilité. Les labels vont donc logiquement commencer à acheter un maximum d’espaces publicitaires sur le site. Une chose en entraînant une autre, les responsables du site finiront par se prendre au jeu et produire des formats spécialisés « rap et santé » où l’on pourrait par exemple voir un Luv Resval détailler son amour des sirops pour la toux ou un Alkpote qui expérimenterait les vertus thérapeutiques de différentes herbes médicinales, Driver qui confierait ses astuces pour maigrir, Gradur qui expliquerait sa routine muscu, etc. Le tout présenté par Michel Cymes qui aura beaucoup de temps libre après l’annulation de #LeLive.