MENU
Accueil
Comment Sofiane Pamart et son piano ont braqué le rap français
Écouter le direct
Sofiane Pamart (DR)
Sofiane Pamart (DR)

Comment Sofiane Pamart et son piano ont braqué le rap français

Encore inconnu au bataillon il y a quelques années, Sofiane Pamart est aujourd’hui le pianiste de référence des rappeurs français. Le Piano King porte fièrement sa couronne et ne compte pas partager son trône.

Sofiane Pamart. Si vous êtes fan de rap, vous avez forcément déjà entendu son nom. Ces derniers temps, il est partout, sur tous les plateaux télé, dans tous les médias et surtout, sur tous les fronts. Cela pour la simple et bonne raison que ce virtuose du piano a su s’imposer avec panache comme un pianiste de renom, mais aussi comme LE pianiste de référence du rap français. Évidemment, avant d’atteindre son statut de prodige incontestable, tout restait à faire.

C’est par l’intermédiaire de sa mère, non-musicienne, mais passionnée de piano qu’il découvre l’instrument qui deviendra son plus grand compagnon de route. A peine est-il âgé de quatre ans que le petit Sofiane pianote déjà. Désireuse de le voir développer ses compétences au piano, sa mère l’inscrit rapidement au Conservatoire de Lille, duquel il obtiendra la médaille d’or alors qu’il n’a que sept ans.

Reprendre des compositions de musiciens classiques, c’est bien beau, mais très vite, Sofiane Pamart souhaite s’émanciper des valeurs traditionnelles du Conservatoire. Sur les traces de sa référence vivante du piano, Henry Barda, il s’empresse de quitter l’interprétation pour laisser parler son instinct. C’est là toute la force, l’identité et l’originalité de ce jeune virtuose de 30 ans : il a à cœur de dépasser son statut d’interprète et préfère composer à l’oreille. De lui émane une confiance en soi à toute épreuve et un esprit rebelle. Deux qualités qui coïncident avec sa deuxième passion : le rap.

Objectif : devenir le pianiste numéro 1 du rap français

Aussi étonnant que cela puisse paraître, en dehors des cours au Conservatoire, Sofiane Pamart n’écoute pas vraiment de musique classique. Très jeune déjà, son genre de prédilection, c’est le rap. Comme il aime le souligner, le musicien, dans sa manière de jouer du piano, a la mentalité d’un rappeur. Fier et impassible devant son instrument, affirmé dans son style entre luxe et street, sûr de lui à chacune de ses sorties, Sofiane Pamart est un véritable compétiteur dans l’âme. Sa vie n’est rythmée que par une seule chose : une volonté farouche d’être numéro 1. Ainsi, dans un premier temps, il caresse le rêve de devenir le pianiste de référence du rap français et va très rapidement s’en donner les moyens.

Car avoir l’âme d’un rappeur ne suffit pas. Pour devenir le meilleur, il faut enchaîner les expériences et les collaborations. En officiant d’abord dans un groupe qui mélange habilement classique et rap, il s’ouvrira très vite de nouvelles portes vers de nouvelles connexions. C’est comme ça qu’en 2013, il s’associe avec une web TV parisienne nommée 3ème Gauche pour lancer le concept "En Résidence". L’idée ? Inviter des artistes et les accompagner en acoustique. C’est ainsi que Sofiane Pamart reprendra à sa manière des titres emblématiques avec des grands noms du rap français tels que Nekfeu, les Psy 4 de la Rime, Seth Gecko, Sadek, Mockless, Guizmo, Kery James ou encore Médine. Le rappeur originaire du Havre avec lequel il signera plus tard, la version live acoustique de Bataclan, au cœur même de la mythique salle de concert parisienne.

Son empreinte dans le rap français déjà bien ancrée, il est temps pour le virtuose du piano de passer à la vitesse supérieure. Alors qu’il rencontre le rappeur Scylla en vue du dernier épisode de sa série « En Résidence », leur collaboration n’aura jamais lieu, du moins pas de cette façon. En effet, le feeling entre les deux hommes est tel qu’ils décident de se lancer ensemble dans un projet d’une toute autre envergure, celui de l’album collaboratif. De leur duo naîtront les deux disques, Pleine Lune 1 et 2. Avec le lyriciste belge au micro, le pianiste a définitivement trouvé son âme sœur. Celui qui par sa voix profonde et ses textes teintés de mélancolie, a su magnifier plus que les autres ses sublimes compositions.

Fort de sa collaboration avec l’ogre belge, l’aura de Sofiane Pamart va encore un peu plus gagner en éclat. Ces derniers mois, tous les plus grands rappeurs se l’arrachent et les collaborations s’enchaînent sur des titres de plus en plus marquants : en 2019, il a joué du piano sur «Dream Bank» de Médine, « Matin » de Koba LaD et surtout, « Journal Perso II » de Vald. Ce sont d’ailleurs ces deux derniers titres qui lui offriront ses premiers disques d’or sur un plateau, et par conséquent, ses premières expositions grand public.

L’année suivante, Sofiane Pamart n’a pas ralenti la cadence. Entre autres, il apparaît sur les albums Taciturne de Dinos, LVA 3 d’Isha, Papillon de Zola, La Bonne Ecole de Demi Portion, Gorille du Marseillais YL,  et Grand Médine du rappeur havrais. Ceci dit, ses passages les plus marquants de l’année se feront sur l’album Trinity de Laylow, notamment avec le morceau POIZON. Tout récemment, il a posé ses notes sur le morceau Noir sur Blanc issu du dernier album de Frenetik, Jeu de Couleurs.

Viser toujours plus haut

Désormais bien positionné sur son trône, l’autoproclamé Piano King poursuit ses ambitions en solo. L’année dernière sont sortis Planet et sa réédition Planet Gold, deux albums solo de compositions dans lesquels Sofiane Pamart nous embarque dans un formidable voyage musical, visuel et contemplatif autour du monde. De plus, il a également composé un morceau pour la publicité du jeu vidéo Assassin’s Creed : Valhalla, accompagné de sa sœur au violon. Comme quoi, chez les Pamart, le succès musical est une affaire de famille.

Bien que sa soif inextinguible de voyage ait été brutalement interrompue par cette saloperie que l’on appelle Covid, Sofiane Pamart ne se repose pas sur ses lauriers pour autant. Affichant la noblesse et la fierté d’un aigle royal, il continue de défendre son titre de pianiste numéro 1 du rap français en écumant les collaborations. Pour les prochains mois et en parallèle de la composition de son prochain album solo, il promet déjà des futurs morceaux avec Larry et RK.

Sofiane peut être fier. Son rêve de devenir le pianiste de référence du rap français est devenu réalité. En dépit de cet accomplissement déjà énorme, une flamme ardente de motivation continue de brûler en lui. Prochains objectifs en ligne de mire pour le pianiste ? S’illustrer avec autant de panache dans la musique de film et devenir définitivement le numéro 1, le maître incontesté du piano français.

Jérémie Léger