MENU
Accueil
Ce que l’on attend du rap français en 2022
Écouter le direct
Montage - PNL / SCH / Ziak / Orelsan
Montage - PNL / SCH / Ziak / Orelsan

Ce que l’on attend du rap français en 2022

Petit tour de nos attentes pour 2022.

Après une année 2020 forcément perturbée par le début de la pandémie, le petit monde du rap français a retrouvé une santé de fer en 2021, bousculant ses propres records et alignant les succès. Si tout n’est pas revenu aux normes pré-pandémiques, et que l’économie des concerts, festivals et showcases reste mise à mal, les rappeurs se sont plutôt bien adaptés aux nouvelles contraintes. Certains ont investi le champ des cryptomonnaies et des NFT, d’autres ont cartonné sur petit écran, et tous (ou presque) se sont réunis le temps d’un album intergénérationnel.

Il y a donc quelques bons motifs d'espoir pour les auditeurs de rap français à l’approche du cru 2022. On fait le point sur ce que l’on attend et ce que l’on souhaite entendre au cours des douze prochains mois, en espérant que la situation sanitaire reste suffisamment stable pour nous permettre d’en profiter pleinement.

De bons albums au sommet des charts

Ça n'a pas toujours été le cas, mais le rap français parvient de plus en plus à concilier le succès populaire avec une forte exigence artistique. Les cartons d’albums conceptuels comme JVLIVS II (Sch) ou L'étrange histoire de Mr. Anderson (Laylow) ont prouvé que le grand public était prêt à accueillir des projets atypiques, éloignés des standards, et potentiellement difficiles d’accès. D’autres têtes d’affiche ont fait des choix forts en livrant des projets sur lesquels la cohérence et l’ambition artistique ont primé sur la recherche du tube facile, on pense par exemple à Lacrim ou Orelsan.

Des rookies qui concrétisent

Quasiment inconnu en début d’année, Ziak s’est imposé comme l’un des phénomènes majeurs du rap français en 2021. Sans aucune interview, ni featuring, il est allé chercher un disque d’or en quelques semaines, prouvant, comme d’autres avant lui (PNL, Laylow, Alpha Wann, Freeze Corleone) que les circuits promotionnels classiques n’étaient plus indispensables dans la construction d’un succès. Sur le même principe, d’autres rappeurs ont changé de dimension en 2021 : Luv Resval, O’Boy, Gazo … On espère donc que ce schéma se reproduira en 2022, avec de nouveaux rookies en haut des charts, et un renouvellement constant du paysage des têtes d’affiche.

De la musique jouée en live dans de bonnes conditions

C’était déjà l’un de nos souhaits en fin d’année dernière : la tenue de concerts, festivals ou showcases dans des conditions qui puissent garantir la sécurité de tous sur le plan sanitaire, sans pour autant handicaper l’expérience du show (avec des places assises obligatoires, par exemple). Comme de nombreuses autres activités culturelles, il faudra composer également avec la réglementation, ce qui risque de créer des problèmes pour certains. On pense par exemple à IAM : le groupe, qui mise beaucoup sur la scène, s’est toujours exprimé en défaveur du pass sanitaire et de l’obligation vaccinale. On se demande donc comment les marseillais vont réagir si on impose à ses spectateurs un pass vaccinal. En 2022, vivre pleinement la musique en live risque donc d’être encore très compliqué.

La tournée de PNL

Initialement prévue en juillet 2020, puis reportée à février 2021, avant d’être à nouveau décalée au mois de septembre, la tournée de PNL devrait finalement débuter en mai 2022. Une attente interminable pour le duo de Corbeil-Essonnes mais aussi pour son public, d’autant que le mois de mai est encore loin :  à l’heure actuelle, personne n’a de certitudes sur l’évolution de la situation dans cinq mois. Absents médiatiquement depuis l’été 2019, les deux frères pourraient signer l’un des gros évènements de l’année avec ces concerts. On leur souhaite donc de pouvoir enfin concrétiser ce projet, et peut-être, par la même occasion, de tourner la page de l’album Deux Frères pour préparer la suite.

Un retour des deux autres frères

La fin d’année 2021 a été particulièrement plaisante pour les fans d’Ärsenik, qui ont eu droit à une autobiographie de Calbo, du merchandising, et des couplets inédits des deux frères sur le Classico Organisé, avec quelques grands moments de bravoure de la part de Lino (“à 20 piges j'avais déjà fait l'album de la maturité”, “le manque à gagner du dealer à Johnny”, “j'leur pisse dessus, y avait plus d'violon disponible”, etc). On peut donc légitimement espérer un véritable retour, et s’il n’y a pas d’album, au moins un regain d’activité : quelques apparitions éparses seraient déjà une excellente nouvelle.

Des projets extra-musicaux enthousiasmants

Si Orelsan est considéré comme l’un des hommes de l’année du rap français, ce n’est pas seulement pour les records battus par l’album Civilisations : la série documentaire Montre jamais ça à personne, publiée quelques semaines avant le disque, a été une véritable réussite. Le format, qui dévoile l’intimité du rappeur et de ses proches, rend particulièrement sympathique le personnage, qui apparaît naturel, détaché, travailleur, et jamais calculateur. Ces six épisodes ont réussi l’exploit de faire apprécier Orelsan à un public qui était plutôt allergique à sa personnalité, et même à des auditeurs très éloignés de l’univers du rap. On aimerait donc voir en 2022 d’autres projets de ce type, qu’il s’agisse de documentaires ou d’autres types d'œuvres.

Peu de guerres, beaucoup d’amour

L’an dernier, on avait souhaité vivre une année 2021 exempte de clashs, et poursuivant l’entreprise fédératrice entamée par Jul sur l’album 13 Organisé. On n’a pas pu éviter totalement le jeu des clashs, mais dans l’ensemble, tout le monde a donné l’impression d’aller dans la bonne direction. Le rap français s’est montré franchement solidaire et uni sur le Classico Organisé, et certaines situations potentiellement explosives ont fini par se tasser (le triangle Booba-Ninho-Maes). On a également apprécié de voir différentes générations trouver des points d’entente, on pense par exemple à un morceau comme Reda part.3, sur lequel se côtoient les années 90-2000 (Le Rat Luciano), les années 2000-2010 (Lacrim), et les années 2020 (Koba LaD). On espère donc que cette belle entente collective se poursuivra en 2022, puisqu’elle finit forcément par bénéficier aux auditeurs : un rappeur n’est jamais aussi bon que lorsqu’il peut se concentrer à 100% sur sa musique, avec le soutien de ses pairs.