MENU
Accueil
Après "Validé", Laeti entre dans une nouvelle ère
Écouter le direct
Laeti - (photo : DR)
Laeti - (photo : DR)

Après "Validé", Laeti entre dans une nouvelle ère

Après sa révélation dans la saison 2 de la série Validé, Laeti était attendue au tournant. Il est donc temps de se pencher sur son très attendu premier album, Un jour avec, un jour sans.

« Bienvenue dans ma vie de dingue », chante Leati au refrain d'Un jour avec, le morceau d'ouverture de son premier album dévoilé ce vendredi 6 mai. Avec le recul, le terme paraîtrait presque dérisoire quand on sait à quel point son quotidien a été chamboulé ces deux dernières années. Encore inconnue du public en 2019, Lætitia Kerfa grattait ses textes dans sa chambre et peaufinait encore ses talents de MC au fil des soirées open mics parisienne. Cela bien sûr lorsqu'elle ne rappait pas sur les planches pour jouer dans la pièce de théâtre, Du Sale.

C'est justement lors d'une de ses représentations théâtrales à Aubervilliers que la jeune artiste franco-algérienne sera repérée par l’œil avisé de Franck Gastambide. Elle ne le sait pas encore, mais il la voit comme l'incarnation de Lalpha, la future héroïne de la deuxième saison de sa série déjà culte, Validé. Passée de l'ombre des blocks à la lumière des spotlights, Laeti entame dés lors une irrésistible ascension. La série cartonne, la jeune artiste crève l'écran, les concerts et les sessions live s'enchaînent tandis qu'elle devient en un éclair une nouvelle idole générationnelle.

Il est clair que se retrouver aussi rapidement confrontée à la pression des médias et à l'engouement du public aurait fait perdre la face à bon nombre d'entre nous. Mais en dépit de quelques vertiges évidents, Laeti s'accroche et compte bien concrétiser pour de bon ses rêves de gloire et ses plans de conquête du rap game.

Pour parvenir à ses fins, elle s'est enfermée en studio en parallèle de sa nouvelle fast life, pour donner vie à son premier véritable projet musical. C'est après un an et demi de dur labeur qu'elle a enfin accouché de son premier album, Un jour avec, un jour sans. Un disque témoin de son passé tourmenté et de son présent étincelant, mais surtout une porte ouverte vers un avenir radieux.

Un album ouvert et plus personnel

À la fin de la série Validé, un futur brillant se dessine pour Lalpha : son ex qui la tyrannisait est mis hors d'état de nuire, les problèmes d'un douloureux passif de quartier s'effacent et après moult péripéties, sa carrière de rappeuse décolle enfin. Un heureux dénouement si on le compare au destin tragique d'Apash, définitivement réduit au silence après une montée en puissance exponentielle dans le game. Là où l'histoire est belle pour Leati, c'est qu'en plus d'avoir bénéficié du succès de Validé pour percer, sa réalité a carrément dépassé la fiction lorsqu'elle a performé sous son vrai visage l'hymne de son personnage, Rider toute la Night, lors du véritable événement Hip-Hop Symphonique 6. Elle ne pouvait pas rêver mieux pour clôturer l'arc narratif de son personnage et ouvrir dans la foulée les pages de son propre livre.

Portée par son incontournable tube, mais aussi par les singles qui ont suivi, Canapé Bleu, Briller en featuring avec Alonzo, La route est longue et Dis-moi en compagnie de Soolking, Laeti nous propose un album musicalement très varié. Au fil des 15 titres qui composent Un jour avec, un jour sans, elle démontre ses formidables capacités d'adaptation. Elle parvient à poser autant sur des sons trap (Automatique, Fantastique, Rien a sauvé, Un jour sans...) que sur de la drill (Inanimé), du cloud rap (Vertige, Hood...), des morceaux dansants (Laisse-moi danser, God Bless), des morceaux plus pop (Meilleur) et même parfois sur des riffs de guitare plus punk rock (Pour mon gang, Rider toute la night, Automatique). Visiblement sortie grandie de son expérience musicale avec Alonzo, elle flirte même avec la traditionnelle zumba marseillaise dans Foufou, un titre endiablé sur lequel Jul aurait aisément pu faire glisser son flow autotuné.

Si le J n'a malheureusement pas été convié à la fête, le bougre étant sûrement encore dans l'espace à faire du son avec des extraterrestres. parlons des vrais invités de cet album. Ils sont au nombre de deux. On a d'abord Soolking sur Laisse-moi danser et avec lequel l'alchimie musicale entamée dans Dis-moi se confirme, mais aussi Hatik.

Bien plus qu'une collaboration entre les deux artistes star de Validé, Vertige relate leur expérience respective, mais aussi commune face au tourbillon fulgurant de la renommée. Une collaboration sans doute née des nombreuses discussions extra-musicales qu'il y a eu entre les deux artistes. Au micro de Mouv' il y a quelques semaines, la rappeuse avait en effet confirmé qu'Hatik, ayant vécu avant elle la frénésie Validé, l'avait soutenu et n'avait pas manqué de lui prodiguer de précieux conseils pour y faire face et surtout, ne pas perdre la face.

À noter que Laeti nous avait également parlé d'une collaboration avec Manu Chao, un duo surprenant et forcément très attendu donc, mais finalement absent de la tracklist définitive de l'album. Il nous est pour l'heure impossible d'expliquer pourquoi et sans doute que nous ne sommes pas au bout de nos surprises, mais la rappeuse a bien rattrapé le coup en nous livrant sa propre reprise du classique Je ne t'aime plus sorti en 1998 et extrait du premier album de Manu Chao, Clandestino. Un morceau ô combien important la jeune MC du 93 tant le chanteur a bercé sa jeunesse.

Mais quand on sait réellement d'où elle vient, on regrette néanmoins que Laeti ne nous ait pas proposé davantage de morceaux rappés, techniques et à consonance street. Rappelons tout de même que l'artiste a commencé à faire ses armes au micro dans les open mics de la capitale. S'il est aujourd'hui difficile de retrouver des traces de ses prestations sur Internet, ses freestyles sur l'instru de That's My People de NTM ou encore son battle de rap contre Yamar proposé dans Validé sont là pour nous rappeler que Laeti, en plus d'être une amoureuse des rimes et des mots, a bel et bien le kickage dans le sang.

Cette mise au second plan de l'exercice rapologique pur alors qu'il demeure l'essence même de son art est d'autant plus incompréhensible qu'elle avait elle-même teasé son projet avec un freestyle éponyme ultra-technique. A l'écoute de ce dernier, on pouvait donc résolument s'attendre à du découpage dans les règles de l'art, mais il n'en fut rien. Dévoilé en exclusivité pour Daymolition, ce freestyle n'a même pas été retenu pour le projet final. Et c'est bien dommage.

La musicalité de cet album passée en revue, penchons-nous dès à présent sur ce qu'il raconte. Car si Leati a obtenu ses premiers singles à succès dans la BO de Validé, sur ce premier disque, elle avait la lourde tâche de s'émanciper de Lalpha en se racontant davantage. Y parvient-elle ici ? Force est de constater que oui.

C'est bel et bien sa vie, son parcours et son quotidien qu'elle retranscrit sans artifice, au travers l'exaltation de ses émotions, ses ambitions, ses hauts, ses bas, ses réussites, ses doutes et ses échecs personnels. Le tout couplé à quelques hits et toplines ultra-efficaces qui promettent de rester graver dans nos mémoires, mais aussi de nous faire turn up tout l'été.

C'est sans doute pour toutes ces raisons que l'artiste au tempérament de lionne n'a pas peur de clasher son alter ego et de déclarer sans équivoque « Je suis meilleure que Lalpha ». Sur cette affirmation, chacun sera juge, mais une chose est sûre, si la route du succès est encore longue pour Laeti, elle ne compte pas s'arrêter là.

L'Histoire continue

Pour commencer, elle a bien l'attention de communier avec son public et de défendre son premier album sur scène. Au total, ce ne sont pas moins de 120 dates qu'elle a prévues, dont une à la Cigale de Paris le 2 juin 2022. En studio ou sur scène, sa carrière ne fait que commencer et Laeti promet déjà de viser encore plus haut et de développer encore davantage son œuvre musicale au fil des projets. Ceci dit, toujours fidèle à sa double casquette, la rappeuse sait aussi qu'une potentielle brillante carrière au cinéma s'ouvre également à elle.

Après avoir attiré tous les regards devant les caméras de Franck Gastambide et en brillant de mille-feux dans ses différents clips, évidemment que d'autres réalisateurs n'ont pas tardé à s'intéresser à elle. Forcément donc, les sollicitations ne manquent pas. Elle a d'ailleurs confirmé sur les ondes de Mouv qu'elle avait déjà reçu plusieurs propositions de scénarios, sans pour autant en dire plus pour le moment. Nous verrons tout ça sur grand écran quand l'heure sera venue. En tout cas une chose est sure, que ce soit avec sa plume ou ses talents d'actrice, et elle braquera tout. On vous l'assure.