MENU
Accueil
Après NTM, quel biopic de rappeur ?
Écouter le direct
Fianso, Booba et Soso Maness - (photo : David Delaplace / Pari Dukovic / Sarah Schlumberger)
Fianso, Booba et Soso Maness - (photo : David Delaplace / Pari Dukovic / Sarah Schlumberger)

Après NTM, quel biopic de rappeur ?

Le Suprême NTM va avoir droit à son biopic. Quels autres artistes français pourraient voir leur carrière romancée au cinéma ?

Parmi les évènements qui ont rythmé l’actualité française du Festival de Cannes, les fans de rap français ont été interpellés par la présentation hors-compétition de Suprêmes, le fameux biopic sur le groupe NTM. Ecrit et réalisé par Audrey Estrougo, ce film de presque deux heures a eu droit, pour le moment, à des critiques mitigées : certains regrettent l’absence de folie du récit, pas assez rock’n roll pour un groupe comme le Suprême NTM ; d’autres saluent les performances des deux acteurs principaux, Théo Christine et Sandor Funtek, respectivement interprètes de Joeystarr et Kool Shen. 

Quel que soit le résultat, l’arrivée sur les écrans de ce biopic, validé par les deux rappeurs, marque une étape importante pour le rap français. Institutionnalisé, il est devenu particulièrement vendeur, et souhaite désormais capitaliser sur sa propre histoire. Là où les Etats-Unis ont comme souvent, eu quelques années d’avance avec les biopics de NWA, ou, plus loin dans le temps, les biographies très romancées d’Eminem ou 50 Cent avec 8 Mile et Get Rich or die tryin, les français se lancent enfin, avec des groupes ou des artistes au background suffisamment riche pour occuper deux heures de scénario. Après NTM, de nombreux artistes pourraient voir leur vie ou leur carrière adaptée sur grand écran. 

Booba

L’un des seuls rappeurs français à avoir eu le droit à son biopic, avec un résultat malheureusement très bancal. La trilogie “Kopp”, écrite et réalisée par Ange Jisa, n’a convaincu personne, en particulier le principal intéressé, Booba, qui s’est déclaré “scandalisé” par le résultat. Malgré beaucoup de travail, le rendu très amateur, et le côté involontairement drôle des dialogues ou de l’interprétation des acteurs, a fait entrer ce film dans la légende d’internet par la mauvaise porte. Etant donnée la carrière du rappeur, on peut envisager un film plus ambitieux sur le plan de la réalisation et du scénario. 

Qu’est ce que ça raconterait ? L’histoire d’une ascension, un mécanisme qui fonctionne toujours très bien au cinéma. Les premiers freestyles à Tikaret, l’épopée Time Bomb, les maisons de disques qui ferment leurs portes, la réussite en indépendant avec 45 Scientific, etc. 

La scène de fin : Booba en train d'empiler au fond d'un debarras un énième disque d'or obtenu à 45 ans avant de retourner en studio. 

La difficulté : un nombre incalculable d’antagonistes à caster. Pour bien détailler le parcours de Booba, il faudrait pouvoir raconter ses clashs, et donc trouver des acteurs pour interpréter Rohff, Diam’s, La Fouine, Damso, Kaaris, et une cinquantaine d’autres.

La Mafia K1Fry

Un film déjà évoqué à plusieurs reprises par Rohff, AP ou Kery James, qui serait potentiellement le plus intéressant de la liste, car il permettrait de lever quelques zones d’ombre sur l’histoire de ce collectif. Les différents protagonistes ont cependant déjà prévenu : l’histoire de la Mafia est violente, certainement trop pour être montrée à l’écran. 

Qu’est ce que ça raconterait ? L’essentiel du scénario pourrait se concentrer sur les péripéties du collectif avant l’album La Cerise sur le Ghetto (2003). Au delà des drames, il pourrait mettre en lumière la réussite de certains, raconter le parcours spirituel de Kery James, etc. 

La scène de fin : le tournage du mythique clip de Pour Ceux, évidemment. 

La difficulté : il faudrait mettre d’accord tout le monde au sein du collectif, une entreprise qui paraît extrêmement compliquée. Qui aurait le plus de temps à l’écran, qui accepterait d’avoir le mauvais rôle dans certaines situations, quelle version de telle scène est la vraie … rien d’impossible, mais un gros travail diplomatique à effectuer en amont. 

PNL

Malgré leur discrétion médiatique et leur refus de communiquer avec la presse, Ademo et N.O.S sont parmi les rappeurs les plus bavards au sujet de leur biographie. A l’écoute de leur discographie, on peut retracer en détail leur enfance, comprendre ce qui les lie, le passif de leur père, leur admiration pour lui, les péripéties de leur adolescence, la galère de leurs premières années dans le rap, leurs ennuis judiciaires, leur façon d’appréhender le succès, etc. Construire un scénario qui tient debout ne serait donc pas si difficile, d’autant que de nombreux clips du groupe sont de véritables ébauches de biopic (la quadrilogie de l’album Dans la Légende, Deux Frères, etc). 

Qu’est ce que ça raconterait ? Là aussi, on pourrait se concentrer sur les premières années de Tarik et Nabil, bien avant le succès : enfance et adolescence pourrait occuper la première moitié du film, avant une transition dans le dernier quart du film qui développerait la transformation totale du groupe avant la sortie du projet QLF en 2015. 

La scène de fin : Evidemment, la dernière image du film serait sur la Tour Eiffel, avec, peut-être, un plan renvoyant aux deux protagonistes, enfants, rêvant au pied de cette même tour. 

La difficulté : Le groupe ne voudra certainement pas prendre part au projet, et pourrait même s’y opposer. Élucider quelques zones d’ombre pourrait être difficile, mais surtout, il faudrait composer sans la bande-son adaptée, ce qui serait franchement compliqué -vous imaginez un film sur Queen sans entendre We Are the Champions ou We will rock you ? 

IAM

Le film "Je danse le mia", qui ne sortira finalement peut être jamais, a déjà été teasé avec un synopsis aux mauvais côtés de comédie française du dimanche soir : au début des années 90, un jeune fan de hip-hop se retrouve propulsé à l'époque actuelle et découvre Jul et consorts. On pourrait espérer un biopic un peu plus réaliste et sérieux concernant IAM, d'autant que le groupe marseillais a été précurseur sur bien des plans en France, et a connu des succès rarement réitérés (L'école du micro d'argent). 

Qu'est ce que ça raconterait ? On peut imaginer une fresque historique parcourant les différentes époques de la vie du groupe, et racontant en parallèle l'évolution du monde, de la ville de Marseille, et du rap français. 

La difficulté : il faudrait réussir à écarter Michaël Youn du projet. 

Soso Maness

Le rappeur a déjà raconté l'essentiel de son vécu à travers ses albums, ses interviews, mais aussi par le biais de sa série diffusée sur YouTube. L'un des artistes les plus sincères de sa génération a connu la vie de rue et l'envers du décor, il en a retiré énormément de leçons et témoigne aujourd'hui de cette violence pour mettre en garde les jeunes. 

Qu'est ce que ça raconterait ? Un biopic qui se concentrerait sur les années de Soso Maness sur les terrains de Fond-Vert, avec la possibilité de développer de nombreux personnages secondaires pour montrer la diversité des profils qui coexistent dans ces bâtiments délabrés. 

La scène de fin : Soso Maness ouvrant enfin sa grande bibliothèque dans les Quartiers Nord, un objectif dont il parle depuis quelques temps déjà. 

La difficulté : Soso en a déjà beaucoup dit et montré, le plus difficile serait donc de ne pas refaire la même chose, ou du moins, de savoir le raconter différemment. 

Fianso

L'histoire assez folle d'un rappeur qui a cherché le succès pendant dix ans, et l'a trouvé au moment où il l'attendait le moins. La vie actuelle de Fianso, qui se raconte en véritable patron du CAC40 dans son dernier album, a de quoi nous offrir des scènes grandioses. 

Qu'est ce que ça raconterait ? Un scénario à la Scarface, sans la fin misérable de Tony : on suit le jeune Sofiane démarrer en bas de l'échelle, galérer, enchaîner les mixtapes, avant l'explosion sur fond de Push it to the limit. La deuxième partie du film raconterait la transformation de Fianso, de rappeur à patron d'industrie décidé à réussir la transition que n'a pas réussi Stringer Bell. 

La scène de fin : Un flashback à l'époque où Fianso était enfant et se voyait au théâtre, juste avant l'entrée en scène du Fianso adulte pour jouer Gatsby. 

La difficulté : Sofiane voudrait forcément prendre part au projet, le produire, le réaliser, jouer dedans, gérer la bande-son, s'intéresser aux bénéfices, mettre la main sur la promo, produire une BO, choisir l'affiche, et relire le générique de fin.