MENU
Accueil
Après "La Casa de Papel", quelle série envahira le rap français ?
Écouter le direct
La Casa de Papel (Netflix)
La Casa de Papel (Netflix)

Après "La Casa de Papel", quelle série envahira le rap français ?

Après les références à "The Wire", "Game of Thrones", "La Casa De Papel", on a imaginé vers quelles séries le rap game pourrait se tourner pour trouver l'inspiration.

Netflix a récemment dévoilé la bande-annonce de la cinquième et dernière saison de la série espagnole Casa de Papel. Après avoir raconté un braquage spectaculaire et plein de rebondissements lors de la première saison, puis un autre braquage spectaculaire et plein de rebondissements à partir de la saison 2, les héros au masque de Dali vont donc tirer leur révérence. Attention tout de même, ne criez pas victoire trop vite : la plateforme de streaming fera bien évidemment durer l’attente et le suspense, avec une cinquième saison découpée en deux parties, diffusées respectivement en septembre puis en décembre. 

Depuis les débuts de la série en 2017, le rap français s’est complètement emparé de ses personnages, de son imagerie, et de ses diverses références. Jul a été convié à la promo de la saison 4 et a participé à un remix officiel ; la cover de Réelle Vie 2.0 de Maes est une référence directe à la série ; Take A Mic, la Mafia Spartiate, Jul ou la MMZ ont enchaîné les punchlines renvoyant aux personnages de la série ; récemment, l’acteur interprétant Helsinki s’est même retrouvé à un concert de Soso Maness. 

Après avoir enchaîné les références à The Wire pendant une décennie, puis à Game of Thrones pendant une autre décennie, il serait grand temps que le rap français découvre de nouvelles séries : quitte à s’inspirer d’univers déjà existants ou de personnages fictifs, autant que les références soient un peu originales. 

The Boys   

Qu’est ce que ça raconte ? Une série dans laquelle les super-héros sont les antagonistes, dépassant toutes les limites : non seulement leur activité provoque des victimes collatérales dont ils se contrefichent, mais en plus ils sont manipulateurs, pervers, sociopathes, ou autre. 

Pourquoi ça peut plaire à nos rappeurs ? C’est drôle et trash, les personnages sont charismatiques, et les déviances sexuelles de nos super-héros sont explorées dans le détail (concrètement : l’équivalent d’Aquaman couche avec des dauphins). 

L'influence sur les clips : L’univers de The Boys ressemble volontairement à celui d’autres super-héros, en particulier chez Marvel, mais tout y est beaucoup plus trash, plus gore, et plus pervers. Les rappeurs capables de se lâcher visuellement pourraient donc s’en donner à coeur-joie : on pense par exemple à Alkpote, qui a déjà fait référence à l’excellente série Watchmen sur le clip de Patek. 

Côté punchlines : Le Protecteur, principal super-héros et antagoniste, est accro au lait maternel ; Boudin d’Amour a un pénis qui peut s’allonger et être utilisé comme une tentacule ; Frenchie est un trafiquant de drogues ; en bref, que les punchlines soient très salaces ou qu’elles retombent sur la thématique du business parallèle, il y a largement de quoi faire. 

Succession  

Qu’est ce que ça raconte ? Logan Roy, milliardaire, règne sur un empire médiatique international. Véritable enflure comme on les aime, il pousse ses quatre enfants à s’écharper pour sa succession. 

Pourquoi ça peut plaire à nos rappeurs ? Parce qu’ils aiment plus que quiconque évoquer les trahisons, les amis qui se transforment en ennemis, et les frères qui dévoilent leur vrai visage. Et puis, le petit côté Dallas leur parlera forcément (on se souvient par exemple de Rohff, ou plus récemment PNL, name-droppant J.R.Ewing)

L'influence sur les clips : Rien de très spectaculaire à exploiter visuellement, si ce n’est le quotidien des ultra-riches de la famille Roy : yachts, avions privés, etc. Idéal si votre seul but est de faire exploser le budget de votre maison de disques. 

Côté punchlines : “Tu m’as trahi comme Kendall a trahi Logan”, “j’veux garder le pouvoir comme Logan”, “blindé comme Konnor”, etc, tout ce qui a rapport de près ou de loin à la manipulation, au pouvoir ou à la fortune peut faire l’affaire. 

Cosmos 

Qu’est ce que ça raconte ? Présentée par Neil deGrasse Tyson, le plus célèbre astrophysicien du monde, Cosmos est la suite de la série documentaire des années 80 initialement animée par Carl Sagan. On explore donc l’espace, mais pas seulement, dans de véritables petits cours de science grand public. 

Pourquoi ça peut plaire à nos rappeurs ? Parce que les kichta, la Casa de Papel, et les clips à Dubaï, ça va bien 5 minutes, mais à un moment donné, il faut savoir s’élever vers les étoiles. 

L’influence sur les clips : Potentiellement énorme, puisque tout l’univers est disponible. On peut donc imaginer Gradur explorant les satellites de Jupiter, Vald sautant d’astéroïde en astéroïde dans la ceinture de Kuiper, ou Jul en Y sur la ligne d’horizon d’un trou noir. 

Les punchlines : Là aussi, les possibilités offertes par la science sont infinies : “mon coeur est froid comme le zéro absolu”, “je suis invincible comme un tardigrade”, ou encore “ma chérie j’ai du mal à te comprendre comme si tu étais la théorie quantique des champs”. 

Kingdom  

Qu’est ce que ça raconte ? Une apocalypse zombie comme on l’a déjà vu des centaines de fois, avec une particularité qui rend les choses intéressantes : les événements se déroulent dans la Corée du XVIème siècle. 

Pourquoi ça peut plaire à nos rappeurs ? Ils ont aimé The Walking Dead, et ils aiment les mangas -la série est inspirée par un manga japonais. 

L’influence sur les clips : Pas forcément très originale, puisqu’on y croiserait surtout des morts-vivants, mais si nos rappeurs prennent la peine d’aller tourner sur place, ou de recréer des décors proches de ceux de la série, ça peut devenir intéressant. 

Côté punchlines : Il y a l’embarras du choix, entre les personnages charismatiques, les trahisons, et le roi mort-vivant. On peut même imaginer des références au saengsacho, cette plante à l’origine de l’épidémie, sur l’angle “ma dope te transforme en zombie comme le saengsacho”. 

American Horror Story  

Qu’est ce que ça raconte ? Chaque saison est une histoire différente qui tourne autour des thématiques des films d’horreur : tueurs en série, sorcières, fantômes, monstres, clown-tueur, maison hantée, etc (souvent, plusieurs thématiques se mélangent). 

Pourquoi ça peut plaire à nos rappeurs ? Parce que l’horrorcore est un genre trop peu exploité en France, malgré les efforts de certains. 

L’influence sur les clips : Malgré des faiblesses et une qualité très inégale selon les saisons, l'œuvre de Ryan Murphy est inventive sur le plan visuel, qu’il s’agisse du maquillage, des décors, ou de la réalisation. Énormément d’idées seraient donc à reprendre, d’autant que la série fait preuve de beaucoup de second degré. 

Côté punchlines : Si l’on choisit de faire dans l’horrorcore, on peut reprendre une infinité de références issues de l’univers d’AHS. On peut même imaginer un album-concept où chaque morceau serait basé sur l’univers d’une saison. Piste 1 : La maison hantée (saison 1) ; Piste 2 : l’asile (saison 2) ; etc.