MENU
Accueil
10 bonnes raisons de miser sur Rounhaa
Écouter le direct
Rounhaa - (photo : DR)
Rounhaa - (photo : DR)

10 bonnes raisons de miser sur Rounhaa

Première signature du nouveau label de Disiz, Rounhaa a toutes les qualités pour s’imposer parmi les rappeurs de la nouvelle génération.

Quand Disiz a annoncé la création de son propre label le mois dernier, de belles promesses ont immédiatement été affichées : proposer un accompagnement idéal pour les artistes signés ; devenir un “foyer créatif" et placer l’artistique au centre du projet ; et enfin, devenir une référence puissante. Avec des telles ambitions, les plus beaux espoirs sont permis pour les rappeurs qui travailleront avec cette structure dénommée Sublime. La toute première signature du label intrigue donc énormément. Il s’agit de Rounhaa, rappeur franco-suisse de 22 ans, déjà auteur de 3 projets (ou 4, si on considère que Multiver partie 1 et 2 constituent deux projets à part entière). On se plonge donc dans l’univers de ce jeune artiste au fort potentiel, avec 10 bonnes raisons de le suivre et de miser sur lui.

Il est inspiré par des artistes très créatifs

Signé sur le label de Disiz, autrement dit un rappeur qui a toujours cherché à construire son propre univers musical, et qui a énormément expérimenté, Rounhaa a toujours été attiré par les artistes avec un style à part. Sa toute première référence est Tyler, The Creator, un rappeur aussi souvent qualifié de génie que de personnage étrange. Dans son imagerie comme dans sa musique, Tyler est typiquement le genre d’artiste qui évolue dans son propre monde, ne se fixe aucune limite, et défriche des sentiers inexplorés.

Du côté des références francophones, Rounhaa cite également Laylow, qu’on ne présente plus, et qui est lui aussi un exemple frappant d’artiste capable de créer de toutes pièces un univers musical et visuel atypique. Surtout, il est très fan du travail de Makala, l’un des fondateurs de la Superwak Clique, dont le travail ne ressemble à absolument rien de ce qui existe ailleurs. Avec de telles influences, Rounhaa est donc un artiste qui va certainement chercher à creuser son propre créneau, et à livrer des albums originaux sans forcément s’appliquer à suivre les tendances du moment.

Une voix atypique

Il y a quelques années, les rappeurs au timbre de voix un peu trop particulier avaient tendance à vouloir gommer leurs différences et à proposer un cadre plus accessible pour les auditeurs. Un grain de voix atypique peut permettre de se démarquer, mais il peut aussi rebuter. A l’heure actuelle, il s’agit d’un élément plutôt recherché. La progression d’artistes comme So la Lune ou Khali le prouve : le public actuel est prêt pour les voix particulières, dont il est de plus en plus friand. Rounhaa pourrait donc en profiter pour s’imposer parmi les noms à suivre, d’autant qu’il joue déjà énormément avec les effets de voix pour varier au maximum sa proposition sur le plan de l'interprétation.

Un sens de la formule efficace

Les rappeurs de la nouvelle génération ont tous une excellente maîtrise sur le plan de la forme, mais la critique qui revient le plus régulièrement concerne le fond, certains regrettant des faiblesses sur le plan de l’écriture. Avec ses textes plutôt personnels et surtout sans le moindre filtre, Rounhaa sort du lot, et se distingue même par moments avec un certain sens de la formule. A titre d’exemple, là où un rappeur lambda aurait écrit “jveux que tu deviennes ma femme”, le franco-suisse va chercher plus loin, avec un plus subtil “j'veux qu’il y ait mon nom d'famille écrit sur ta tombe”.

Une certaine notion du style

Avec l’explosion de PNL ou SCH, les rappeurs ont compris que le style vestimentaire était une arme supplémentaire dans la course aux auditeurs. Même des rappeurs que l’on n’aurait pas forcément croisé à la fashion week s’y sont mis, à l’image de Médine dans son dernier clip. Rounhaa part avec un léger avantage sur ce plan, puisqu’il est passionné par la mode, et s’est même lancé dans des études en arts appliqués, option création de vêtements.

De bons choix sur le plan des prods

Rounhaa ne travaille pas avec un beatmaker attitré, et prend le temps de chercher des prods en phase avec son univers. Certains reviennent tout de même régulièrement, on pense par exemple à Kosei (Khali, La Fève), présent sur 4 titres de l’album Horion, ou Rodlofl, régulièrement crédité sur les différents projets de Rounhaa. Il est encore trop tôt pour définir une instru-type à la Rounhaa : certaines prods sont nerveuses, d’autres plus aériennes, certaines ont même une dimension quasi-expérimentale qui complexifie le travail d’interprétation (bon courage pour poser sur la prod de Milkomeda sans vous casser la gueule). On peut tout de même entrevoir une certaine ligne directrice : Rounhaa vise globalement des instrumentales que peu d’autres rappeurs remarqueraient, et fait des choix parfaitement cohérents avec ce qu’il en fait ensuite.

La scène suisse est particulièrement créative

Moins médiatiques que les rappeurs belges, qui cartonnent en France depuis des années, les artistes suisses sont extrêmement intéressants à suivre. La Superwak Clique (Makala, Di-Meh, Mehdi Obams, etc) occupe évidemment les esprits des auditeurs français, mais d’autres comme Empty7, Gio Dallas ou Kingzer, ont su se faire remarquer. L’une des particularités de la scène helvète est sa créativité : là où le rap français se noie dans les projets interchangeables à longueur d’année, nos voisins n’hésitent jamais à expérimenter, s’aventurer sur des sonorités inusitées, et explorer toutes les possibilités sur le plan visuel. Né en France mais installé à Genève depuis l’âge de 15 ans, Rounhaa pourrait devenir l’un des très bons représentants actuels du rap suisse et de sa grande créativité.

C’est la première signature du label de Disiz, et ça veut dire beaucoup

Étant donnée l’ambition affichée par le label Sublime, qui souhaite devenir une place importante de la musique francophone, le fait que Rounhaa soit sa toute première signature a une signification importante. On mise donc visiblement beaucoup sur le jeune homme, et son arrivée au sein du label n’aura certainement rien d’anecdotique : elle doit constituer une première étape importante dans la vie de Sublime. Disiz a déclaré qu’il s’agissait du label dans lequel il aurait aimé être quand tout a commencé, on peut donc imaginer qu’il va tout faire pour mettre ses jeunes poulains dans les meilleures conditions.

Il n’a pas encore explosé et vous pourrez dire “j’étais là”

C’est toujours cool quand tu regardes un artiste aller chercher son disque de diamant en te disant “j’étais là quand il avait autant de followers que moi”, et de te rendre compte que si lui a avancé dans la vie, toi, t’en est toujours au même point. Tu peux te consoler en te disant que maintenant au moins tu peux rager en tweetant “Rounhaa c’était mieux avant. Ouai, quand il était pas connu. Maintenant c’est trop commercial

Il a un discours plutôt positif et ça fait du bien

C’est un autre reproche qui peut être fait par les auditeurs les moins jeunes aux artistes des nouvelles générations, en particulier outre-atlantique : les discours des rappeurs tournent parfois un peu trop autour de questions d’autodestruction, d’addictions assumées à des drogues pas si douces, et de pensées très noires. Là dessus, Rounhaa se contente d’être très sincère dans ses propos et dans sa façon de voir le monde. Là où d’autres pourraient raconter une vie qu’ils ne mènent pas, lui préfère penser positivement et même inviter ses jeunes auditeurs à se libérer de leurs vices et à s’améliorer ("encore les mêmes qui parlent, qui boitent / Encore les mêmes qui fument, qui boivent / Qui n'avanceront pas dans la life").

Il va suivre Disiz en tournée

Si vous avez prévu d’aller voir Disiz en concert au cours des prochains mois, il y a de fortes chances que vous tombiez sur une première partie signée Rounhaa. Deux possibilités : vous plaindre de voir un artiste que vous ne connaissez pas et faire la gueule en attendant l’arrivée de Disiz ; ou alors vous plonger tout de suite dans son univers, pour pouvoir le backer en hurlant.