MENU
Accueil
Lala &ce mêle rap, danse et romance dans sa comédie musicale "Baiser Mortel"
Écouter le direct
Lala &ce dans la comédie musicale "Baiser Mortel"
Lala &ce dans la comédie musicale "Baiser Mortel"

Lala &ce mêle rap, danse et romance dans sa comédie musicale "Baiser Mortel"

9 mois après son premier album et sa tournée de concerts, la rappeuse monte de nouveau sur scène pour présenter une création hybride, à michemin entre concert expérimental et ballet contemporain.

On connaissait Lala &ce pour ses morceaux mélodieux, ses bangers explosifs et son énergie débordante. Arrivée dans le rap français en trombe avec le 667, c’est maintenant aux côtés de son équipe &ce Recless qu’elle fait ses armes et continue son ascension, après son premier album Everything Tasteful très bien reçu par le public. Mais cette fois-ci, ce n’est pas avec un nouveau projet ni un concert que l’artiste fait parler d’elle, mais bel et bien avec une comédie musicale qui eut lieu les 18, 19 et 20 octobre 2021 dans l’auditorium de la Bourse du Commerce. Co-créée avec Low Jack, compositeur de musique électronique et la chorégraphe et danseuse argentine Cecilia Bengola, on retrouve dans cette création un réel équilibre entre le travail de ces 3 artistes : rap autotuné, composition sonore expérimentale et chorégraphies déstructurées s’entremêlent pour appuyer la belle histoire de Baiser Mortel

Une tragédie en deux actes

"Quand la mort descend sur terre, que reste-il à craindre dans le ciel ?". C’est par cette phrase posant les bases de Baiser Mortel que démarre le show. Capuche sur la tête, tresse repiquée comme une queue de scorpion et grande cape de toile fine, la mort s’avance sur scène, incarnée par Lala &ce. Descendue sur terre pour côtoyer les vivants, elle fait la rencontre de Babysolo33, artiste bordelaise, qui chante sa peine sous un halo de lumière rose. De là, la mort continue son chemin jusqu’à croiser celui de Jäde, chanteuse proche de Lala &ce, et l’envoûte : Jäde tombe sous son charme.

Au fil de son avancée, la mort goûtera aux excès de la fête, entraînés par l’énergie de Rad Cartier et Le Diouck, deux chanteurs et amis de la rappeuse, dansant frénétiquement sur des mélodies percutantes. L’acte premier se clos sur les questionnements brumeux de la mort avant une courte entracte dans la pénombre, ou les basses et nappes de synthétiseurs se superposent. BabySolo33 ouvre l’acte II avec Lune, un morceau touchant, qui donne le ton pour la suite de la pièce : l’histoire sera tragique. Dans l’obscurité, la mort se joue des vivants et de leurs relations amoureuses tordues. Jäde, jusqu’alors piquée par le charme de celle-ci, chantera sa déception dans une balade aussi triste que mélodieuse. Peu à peu, la mort se retrouve elle aussi touchée par l’amour que portent les vivants à son égard, et décide de stopper ces jeux de séduction en quittant la terre pour de bon. Malgré les tentatives de garder la mort auprès d’eux, les quatre personnages ne peuvent qu’accepter le choix de Lala &ce : mourir à nouveau pour libérer la terre de son emprise. Le Diouck, Jäde, Rad Cartier et BabySolo33 contemplent alors la mort leur faire ses adieux dans une dernière scène qui clôt la comédie musicale.

La mort fait ses adieux à la Terre et aux vivants
La mort fait ses adieux à la Terre et aux vivants

Une création originale audacieuse

Avec Baiser Mortel les codes classiques de la comédie musicale sont mis de côté, et troquent les dialogues habituels du genre pour 12 morceaux définis qui déroulent le scénario. Avec cette création, Lala &ce, Cecilia Bengola et Low Jack ont réussi à mettre en scène une histoire complexe sans pour autant user de longs échanges qui pourraient freiner le rythme : au contraire, la pièce est pleine de rebondissements, au sens propre comme au sens figuré : en un peu plus d’une heure de représentation, on pouvait voir les têtes du public bouger sur les morceaux les plus percutants.

L’utilisation de l’espace est aussi à souligner : la mise en scène choisit de séparer l’estrade en deux parties par une grande plaque de verre. Pour appuyer les oppositions entre mort et vie, amour et désillusions, les personnages se regardent de part et d’autre de la vitre, comme s’ils savaient déjà que leur amour était impossible. Et la scénographie s’adapte parfaitement aux ambiances des scènes : lorsque Rad Cartier et Le Diouck sautent sur les basses appuyées pendant leur quart d’heure de folie, la scène s’enflamme d’un rouge vif, et leur reflet dans la vitre  donne une impression d’assister à un rêve plutôt étrange. Un effet d’optique intéressant qui vient donner une texture supplémentaire à celle apportée par le son et les lumières. Les points forts de Baiser Mortel se cachent aussi dans les détails : le monogramme de la styliste française Marine Serre habille les 5 personnages et les chorégraphes. En plus de leur donner une identité propre avec leur tenues uniques, les vêtements aux motifs imprimés donnent également un style commun à tous les personnage et contribue à les lier entre eux. Une chose est sûre : visuellement, Lala &ce et son équipe n’auront pas déçu.

Lala &ce et Jäde performent le titre de leur rencontre « Bulles »
Lala &ce et Jäde performent le titre de leur rencontre « Bulles »

La famille avant tout

Avec sa notoriété grandissante, la rappeuse n’a pourtant pas délaissé les talentueux artistes de son entourage. En invitant BabySolo33, Rad Cartier, Jäde et Le Diouck sur scène, elle permet non seulement de mettre en avant leur musique devant un public important, mais aussi de leur donner une certaine visibilité qui leur profitera certainement. De son côté, Lala &ce semble aussi avoir gardé son mantra qu’elle maintient depuis le début de sa carrière : la rappeuse qui a toujours évolué en collectif garde cette mentalité familiale et construit, avec sa manageuse et directrice artistique Oriana Bekka, une œuvre entre personnes qui leurs sont proches, humainement comme musicalement. Et ça se sent dans le résultat : Baiser Mortel est un spectacle cohérent, et tout au fil de l’oeuvre, la musique des 5 artistes apparaît comme complémentaire.

Il ne nous reste plus à espérer que les 12 morceaux du show se retrouveront bientôt dans un projet musical, qui pourrait très certainement donner une seconde vie à la belle histoire de Baiser Mortel.

De gauche à droite : Lala &ce, Le Diouck, Jäde, Rad Cartier, BabySolo33
De gauche à droite : Lala &ce, Le Diouck, Jäde, Rad Cartier, BabySolo33

Tim Levaché