MENU
Accueil
Coronavirus : Barcelone a testé les concerts sans distanciation sociale
Écouter le direct
Bad Bunny - Sonar Festival, Barcelone, juillet 2019 (Photo by Isidre Garcia Punti/NurPhoto)
Bad Bunny - Sonar Festival, Barcelone, juillet 2019 (Photo by Isidre Garcia Punti/NurPhoto) ©AFP

Coronavirus : Barcelone a testé les concerts sans distanciation sociale

Le 12 décembre dernier, un concert-test avec masques mais sans distanciation sociale a été organisé à Barcelone.

À ce stade, les membres de l'industrie musicale et les amoureux de la musique attendent désespérément de bonnes nouvelles. Et ça, on peut dire que c'est plutôt une bonne nouvelle.  En effet, le 12 décembre dernier, la fondation de Lutte contre le SIDA et les Maladies Infectieuses, l'hôpital Germans Trias de Barcelone et le festival Primavera Sound ont organisé un festival-test à Barcelone.

Sans surprise, ce sont plus de 1000 individus qui se sont portés volontaires pour permettre à des spécialistes d'étudier les possibilités concernant le futur de la musique live en temps de pandémie. Le jour de l'événement, les volontaires ont réalisé des tests Covid rapides, dont les résultats sont disponibles en très peu de temps mais qui sont moins efficaces pour détecter le virus que d'autres tests. 500 des volontaires ayant été testés ont été sélectionnés au hasard pour effectivement participer à la journée, et 500 autres ont été renvoyés chez eux pour former le groupe de comparaison. 

Le but de cette procédure est de tester l'efficacité de ces fameux tests rapides pour réaliser des concerts sans distanciation sociale mais où la sécurité des spectateurs serait quand même assurée (d'autant que le port du masque serait toujours en vigueur). Le virologue espagnol Boris Revollo à l'origine de cette étude médicale a partagé sur Twitter de courtes vidéos de l'événement :

Les 500 personnes sélectionnées ont pu profiter de plusieurs heures de concert dans la salle Nitsa Club sans avoir à respecter la distanciation sociale mais en devant conserver des masques FFP2. Les 1000 participants à l'étude ont également du réaliser deux tests PCR (dont les résultats sont plus longs à obtenir mais qui sont plus efficaces pour détecter le virus) juste avant l'événement mais aussi 8 jours après.

"Cela pourrait être utile pour tout type d'événement : des événements culturels aux congrès d'affaires", explique Revollo à Associated Press. "On a pu voir que les jeunes gens organisent des soirées clandestines parce qu'ils n'ont pas d'autre exutoire", continue-t-il. Une chose est sûre, il est fort probable que le monde ait les yeux rivés sur les résultats de cette étude. Affaire à suivre.