MENU
Accueil
Ces featurings improbables que l’on avait oubliés...
Écouter le direct
Ces featurings improbables que l’on avait oubliés...
Ces featurings improbables que l’on avait oubliés... ©Radio France

Ces featurings improbables que l’on avait oubliés...

...mais qui ont quand même existé. Certains ont marqué dès leur sortie, d’autres sont passés inaperçus, d’autres encore n’ont choqué personne mais paraissent très bizarres avec le recul… Petit florilège non exhaustif.

Cela fait quelques semaines que Jul a surpris tout le monde en annonçant « un featuring improbable » et depuis ses fans se grattent la tête, chacun y va de son hypothèse, en se basant souvent sur les photos publiées avec le rappeur sur insta ou autre. L’occasion de rappeler que les rappeurs sont parfaitement capables de surprendre leur monde, et particulièrement lorsqu’il s’agit de ramener un featuring inattendu, que ce soit en s’associant avec un MC qui semble aux antipodes de leur style, en décrochant la participation d’une star US ou encore en allant bien au-delà de la sphère de la chanson. Car contrairement à ce que l’on pourrait penser, Big Flo et Oli n’ont pas été les premiers à s’associer à des comiques.

Destiny's Child et Rohff

Ok, c'est un peu de la triche : pendant longtemps, il y a eu une grande tradition dans l’exploitation internationale des singles de rap mais surtout de R’n’B américains. Sachant que la France reste un gros marché en terme d’auditeurs mais aussi un pays où l’on consomme en priorité le rap bien de chez nous, il n’était pas rare d’inviter une tête d’affiche et de lui faire enregistrer un remix local. Rohff, lors de sa période « homme aux mille featurings » ne rechignait pas à lâcher des couplets un peu partout et c’est comme ça qu’on peut le retrouver sur cette version remixée du tube des Destiny’s Child. Rappelons que sur la version originale c’était T.I et Lil Wayne qui se chargeaient des parties rappées.

La Fouine et Casey

Là il est probable que beaucoup de gens s’interrogent sur le pourquoi du comment de cette combinaison pour le moins inattendue. En réalité cela remonte au premier maxi de La Fouine, encore inconnu au bataillon et à des années-lumière du rap qu’il pratique aujourd’hui. En gros c’était un rappeur-chanteur qui posait des textes plutôt mélancoliques et pas grand-chose de plus. Du coup, la rappeuse Casey est venue lui prêter main forte sur ce titre, mais, à l’attention des plus inquiets d’entre-vous, soyez rassurés, l’invitée plie totalement son hôte.

Freko Ding’ et Frank Dubosc

Étrangement, Maître Gim’s n’a pas du tout été le premier rappeur à marquer l’histoire de la musique de France en posant sur la B.O d’un des volets de la saga Camping . Bien auparavant, il y a eu Freko, c’est-à-dire le membre d’ATK et de l’Assos 2 Dingos. De son propre aveu lors d’une interview, le rappeur est passé à côté d’un certain succès vendu clés en main : « c’est Cut Killer qui un jour m’appelle. [...] Et il me propose un morceau avec Franck Dubosc. Ah ! Franck Dubosc ! Je venais de voir son premier spectacle, et c’était une tuerie, j’avais kiffé donc je dis : « Bien sûr, on le fait ». On va chez Cut Killer, il ramène un guitariste concepteur musical, un compositeur quoi, qui nous fait une bête d’instru en 2/4/6, un truc un peu funk. Et on écrit ensemble, avec Dubosc, il fait son petit sketch en même temps, et on enregistre. C’est un morceau comique. Bref, on fait le bordel, et un mois plus tard, dans Voici y’a un petit article où tu vois Dubosc sur une voiture et y’a marqué mon nom. « Oh, mais c’est quoi ce bordel, ça y’est je suis connu ! Je suis dans Voici ! » [rires]. Donc l’article explique que Dubosc prépare son nouveau sketch sur le camping et peut-être un petit peu plus. Bref, je vois ça, je suis trop content, une tuerie, une folie ! Deux, trois jours plus tard, coup de téléphone : « Allo Frek’ ? Ouais, laisse tomber, le morceau il est à la mer »… En fait, mon ancien producteur s’est battu avec Cut Killer à coups de pourcentages. Qui va prendre plus, qui va prendre quoi. Et sans que Dubosc ni moi ne soyons au courant, le morceau est annulé. Mais attends, moi tu m’aurais proposé 5% d’un truc comme ça, j’aurais dit oui tout de suite ! Dans tous les cas, c’était une tuerie, la B.O du film « Camping » etc.

Jamel et Snoop Dogg

Ok, Jamel Debbouze n’est pas un rappeur, mais on va dire que ça compte quand même. Pour la bande originale du film Astérix Mission Cléopâtre, le bonhomme s’est offert un featuring wtf avec ni plus ni moins que Snoop Dogg. Si le rappeur de Los Angeles pose ses couplets assez normalement, Jamel transforme sans aucun complexe le morceau en gros sketch.

Freko Ding’ et Jeremy Chatelain

Oui, Freko est un récidiviste. C’est chez Universal qu’il a croisé par hasard Jeremy Chatelain, ex-candidat de la Star Academy. Et là, surprise, Jérémy est un fan d’ATK, et lui demande une collaboration. Contrairement à celle avec Dubosc, le morceau a pu sortir sur l’album du chanteur, et les deux loustics l’ont même interprété au moins une fois lors d’un concert en Suisse.

Zoxea et M. Pokora

Pour le coup c’est un morceau qui a suscité des réactions assez outrées à l’époque puisque Zoxea était considéré comme une valeur sûre par les puristes (les Sages Poètes de la rue, le Beat 2 Boul, tout ça) et que Pokora était à peu près l’antéchrist (issu d’un boysband lui-même issu d’une émission de télé-réalité). Sauf que ça, Zoxea ne s’en souciait guère, il a simplement expliqué à l’époque qu’il avait aimé le beat dansant, posé son couplet, pris son chèque et basta. Au final le morceau n’a pas été exploité plus que de raison.

IAM et Beyonce

Si tout le monde a retenu la combinaison entre les Marseillais et le duo Method Man-Redman, il semble que celui avec la chanteuse Beyonce soit un peu passée à la trappe. C'est avant tout parce que comme bien d'autres de la liste, il n'y a jamais eu de clip, mais pourtant le morceau existe bel et bien et, si Beyonce n'avait pas encore l'aura dont elle dispose actuellement, c'était déjà une star planétaire.

La Rumeur et Serge Teyssot-Gay (Noir Désir)

Tout le monde l’a oublié mais le groupe La Rumeur a fait plusieurs fois la première partie du groupe Noir Désir dans les années 2000. Les deux entités entretenaient des très bons rapports et c’est tout naturellement que les rappeurs ont décidé de faire appel au guitariste Serge Teyssot-Gay sur plusieurs morceaux : Paris Nous Nourrit, Paris Nous Affame sur l’album Regain de tension , Je suis une bande ethnique à moi tout seul sur Du Coeur à l’outrage ainsi queJe Cherche , présent sur la compilation qui regroupe des inédits du groupe.

Driver et Master P

Driver, l’homme qui a voyagé très souvent aux USA et collectionné des anecdotes personnelles sur à peu près tout et tout le monde dans le rap game, a posé un morceau avec Master P. Ce morceau est difficilement trouvable (en tout cas après 5 minutes sur Google on a lâché l’affaire) mais il existe, il avait été diffusé lors de la défunte émission WestCoastLA présenté par son pote Stomy Bugsy.

Ministère AMER et Johnny Halliday

Sur Le Temps passe on retrouve Stomy, Passi et Doc Gynéco, soit le Ministère AMER presque au complet recomposé pour l’occasion. A ce sujet Kenzy, ancien boss du label Secteur Ä avait exprimé un certain regret en interview des années plus tard dans l’émission Get Busy . Il avait alors expliqué qu’ils avaient eu, période Secteur Ä, une première opportunité de featuring mais que les rappeurs avaient peur de trop casser leur image. Selon lui, ce feat était en fait arrivé trop tard. Toujours très pragmatique Kenzy avait lâché un fameux « de quelle image tu parles ? Johnny c’est le roi des Français, tu me proposes un feat, bien sûr que je viens, et on fait le titre en live au Stade de France même, après c’est gagné ».

Doc Gynéco et Bernard Tapie

Sur l’album Liaisons Dangereuses , comme son titre l’indique, Doc Gynéco s’était amusé à multiplier les combinaisons qui pouvaient étonner sur le papier, entre certains rappeurs mais aussi en sortant du cadre exclusif du rap (des artistes de variété comme les Rita Mitsouko mais aussi un duo avec Renaud, etc). Voire même en sortant du monde de la musique, et c’est ainsi que l’on a découvert une collaboration avec un Bernard Tapie qui s’improvise rappeur le temps d’un morceau.

crédit photo : Sgranit / Getty Images