MENU
Accueil
Youtube : un tiers des vidéos les plus regardées sont dégradantes pour les femmes
Écouter le direct
Les stéréotypes de genre sont particulièrement ancrés dans les vidéos les plus regardées sur Youtube, selon une étude de la Fondation des femmes.
Les stéréotypes de genre sont particulièrement ancrés dans les vidéos les plus regardées sur Youtube, selon une étude de la Fondation des femmes. ©AFP

Youtube : un tiers des vidéos les plus regardées sont dégradantes pour les femmes

Dans un rapport, le Fondation des femmes pointe une représentation dégradante des femmes dans un tiers des vidéos Youtube les plus regardées. L'association appelle à plus de régulation des contenus en ligne.

Youtube ne ferait pas partie des plateformes les plus progressistes. Dans un rapport publié ce jeudi et intitulé "Numérique : le sexisme en liberté", la Fondation des femmes dénonce une "hausse des contenus présentant une image dégradante et humiliante des femmes" sur Youtube. 

Les stéréotypes omniprésents

L'association a étudié les 200 vidéos Youtube les plus regardées en France entre 2019 et 2020. Résultats : la Fondation estime que dans près de 70% des vidéos, les personnages sont "éminemment stéréotypés". Les hommes sont eux généralement dépeints come "hyper-viril", "protecteur" ou "macho". Côté femmes, on retrouve "la sentimentale", "la poupée", ou "la séductrice", des personnages sexualisés dans 21 % des cas. 

"Ces procédés véhiculent l’idée que les femmes doivent paraître et se comporter d’une certaine manière pour être attrayantes, renforçant ainsi l’image de la femme-objet", détaille le rapport de la Fondation des femmes. 

La faute aux clips musicaux ? 

La grande majorité des vidéos les plus regardées en France sont des clips. Dans un quart d'entre eux, on trouve des propos à connotation sexuelle, des insultes, des propos misogynes ou la représentation de violences conjugales. 

Le rapport pointe par exemple un clip où "le personnage principal masculin chante à côté des cadavres emballés de bâche blanche de son ex-compagne et de son amant". 

Pour améliorer la représentation des femmes sur Internet, la Fondation des femmes appelle les géants du numérique à davantage réguler les contenus des plateformes. Elle propose également de faire évoluer la loi française, en privant de financement les producteurs de vidéos dégradantes pour les femmes qui seraient repérés par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).