MENU
Accueil
USA : Grace, 15 ans, en prison, pour ne pas avoir fait ses devoirs
Écouter le direct
Eagle Academy Public Charter School  (Toni L. Sandys)
Eagle Academy Public Charter School (Toni L. Sandys) ©Getty

USA : Grace, 15 ans, en prison, pour ne pas avoir fait ses devoirs

Une juge du Michigan, a rejeté la demande de libération d'une adolescente. Elle est détenue dans un centre pour mineurs depuis 73 jours, pour avoir enfreint sa probation, elle n'a pas rendu un devoir scolaire.

Cette histoire est celle d'une adolescente de 15 ans, vivant dans la banlieue de Detroit, dans le Michigan, aux Etats-Unis. Les médias l'ont baptisée Grace, pour protéger son anonymat. Cette jeune fille est détenue depuis la mi-mai dans un centre pour mineurs car elle a enfreint sa probation. Grace y est déjà depuis 73 jours et cette durée risque de s'allonger puisque la juge Mary Ellen Brennan a refusé la libération immédiate de la jeune fille, à deux reprises. 

L'audience 

Lors de l'audience, la juge a déclaré, comme le révèle le site d'actualités ProRepublica Illinois : "Je pense que vous êtes exactement là où vous êtes censé être. Vous vous épanouissez là-bas, mais il y a encore du travail à faire."

La juge Brennan a ajouté :

"Elle n'a pas été détenue parce qu'elle n'a pas rendu ses devoirs. Elle a été détenue parce que j'ai découvert qu'elle était une menace pour sa mère sur la base de tout ce que je savais."

La décision a été prise malgré l'argument des avocats de l'adolescente disant que la thérapie et le soutien éducatif qu'elle reçoit dans l'établissement sont inadéquats.

Pour revenir aux faits, il faut remonter le temps jusqu'en novembre 2019, Grace est une adolescente difficile, elle souffre de troubles importants de l’attention. Suite à une altercation, sa mère porte plainte pour violences et une seconde plainte pour vol s'ajoute au dossier. C'est en avril, au terme de la procédure, que l'adolescente commence sa période de mise à l'épreuve. Elle est suivie par un travailleur social et c'est lui qui donne l'alerte en prévenant les autorités : Grace ne s’est pas réveillée à l’heure le matin pour assurer l'école à distance, elle n’a pas fait ses devoirs en ligne.

Le 14 mai, Mary Ellen Brennan déclare Grace coupable de violation de probation pour "manquement à l'obligation de soumettre des travaux scolaires et de se lever pour aller à l'école". 

Depuis cette date, l’adolescente est incarcérée en Centre de détention pour mineurs, la juge conclut en affirmant que Grace est une "menace pour (la) communauté" sur la base des accusations antérieures d'agression et de vol. 

La jeune fille a pu s'exprimer lors de l'audience : "Je crois que le placement chez moi avec la même thérapie constante que celle que je suivais auparavant, et l'amour et le soutien qui m'entoureront toujours, sera un avantage pour moi, ma mère, ma famille et ma communauté"

Puis elle s'est directement adressée à la juge :

"Et je sais que vous ne semblez pas penser que c'est une punition, mais dans mon cœur, je ressens la douleur et la perte comme si c'était une punition. (...) Ma mère me manque. Je peux me contrôler. Je peux être obéissante."

Un mouvement de soutien s'organise pour Grace

Les demandes de remise en liberté, avec le maintient du suivi médical et scolaire de chez elle, ont été rejetées. L'avocat de Grace, Jon C. Biernat, estime ces décisions sévères et espère la remise en liberté de sa cliente. 

La mère de l'adolescente a publié, via un groupe de soutien Justice For Grace, une déclaration : 

"Alors que nous essayons de démêler la toile qui confine maintenant ma fille et l'éloigne de moi, de sa famille et du soutien dont elle a besoin, je tiens à remercier le nombre apparemment infini de personnes - y compris de nombreux élus - qui ont exprimé leur inquiétude et offert leur soutien lors des rassemblements. Cette situation est un défi émotionnel, mais c'est aussi une fenêtre ouverte sur la blessure qui exige et mérite attention et réparation afin d'éviter que d'autres enfants et familles ne soient affectés négativement par un système qui est censé offrir protection et soutien". 

Grace a besoin d'aide pour apprendre à se tempérer, elle a commis des actes répréhensibles, certes mais cet acharnement de la part du juge pose questions. De nombreuses voix se sont levées pour dénoncer la criminalisation des jeunes filles noires. Un rapport publié par ProPublica Illinois, dans lequel des politiciens et des activistes communautaires expriment leur indignation face à son incarcération.

La représentante démocrate du Michigan, Debbie Dingell fait partie de ceux qui se sont demandés si la couleur de peau de Grace avait joué un rôle dans sa détention :

"Vraiment ? Un adolescent blanc serait-il envoyé dans un centre de détention pour mineurs pour n'avoir pas suivi les cours en ligne ? Nous avons une crise de l'éducation en plein COVID - ce n'est pas juste - et il faut y remédier."

Selon des données de 2015 analysées par Sentencing Project, "Les jeunes noirs du Michigan ont quatre fois plus de chances d'être détenus ou internés que les jeunes blancs.".

Des soutiens émergent, à l'image de celui d'Hillary Clinton :

Libérez-la.

De nombreux rassemblements continuent d'être organisés pour soutenir Grace et demander sa libération. Une audience est fixée pour le mois de septembre.