MENU
Accueil
Une étudiante voilée discriminée à l'embauche chez Etam
Écouter le direct
Être voilée peut rendre particulièrement difficile la recherche d'un travail
Être voilée peut rendre particulièrement difficile la recherche d'un travail ©Getty

Une étudiante voilée discriminée à l'embauche chez Etam

Une des employées de la marque Etam est accusée d'avoir eu un comportement discriminatoire envers une femme voilée qui souhaitait être recrutée en tant que vendeuse.

Tout repose sur son témoignage. "C'est pour vous montrer à quel point c'est difficile de vivre, étudier, travailler avec son voile en France". Elle affirme dans une vidéo avoir subi une discrimination à l'ébauche quand elle est venue déposer son CV et sa lettre de motivation dans une enseigne de prêt-à-porter Etam. 

Elle échange avec la responsable "souriante au début" puis explique qu'elle est à la recherche d'un travail. A partir de ce moment, les propos de son interlocutrice changent. "Elle me regarde et me dit 'J'espère que c'est une blague, vous êtes voilée et vous demandez un travail. En plus il n'y a même pas deux jours c'était la journée de la femme__'. Moi j'étais tellement choquée, j'étais bloquée, je savais pas quoi dire. Tout le monde me regardait, tout le monde était choqué d'ailleurs mais personne n'avait parlé parce qu'ici c'est la France."

C'est quoi le rapport entre la journée de la femme, le voile et le travail ?

Après ce témoignage, de nombreux internautes ont appelé au boycott de la marque. Les dirigeants d'Etam n'ont pas tardé à réagir.

Le comportement non respectueux et humiliant de la responsable est donc ce qui a posé problème. En revanche, les entreprises sont autorisées à empêcher leurs employés, en contact avec le public, à porter des signes ostentatoires religieux.  D'autres internautes à l'inverse critiquent fermement la jeune femme, comme Zineb El Rhazoui, ancienne journaliste de Charlie Hebdo :

La marque Etam a décidé de mettre à pied, à titre conservatoire, ladite employée.