MENU
Accueil
Une étudiante voilée doit se retirer des réseaux après le tweet polémique d’une journaliste
Écouter le direct
Vidéo Imane Boun/BFMTV
Vidéo Imane Boun/BFMTV

Une étudiante voilée doit se retirer des réseaux après le tweet polémique d’une journaliste

Une journaliste du Figaro a associé l’une des vidéos d’Imane Boun avec les attentats terroristes de 2001, provoquant une polémique d’ampleur.

Imane Boun est étudiante en communication de 21 ans. Elle est surtout connue sur les réseaux sociaux pour les astuces et conseils qu’elle donne aux étudiants aux finances limitées. Son compte Instagram @recettes.echelon7 est suivi par plus de 100 000 personnes.

Le 11 septembre dernier, BFMTV a publié une vidéo d’Imane Boun où elle présente son travail. Comme à son habitude, elle porte le voile. Une vidéo relayée par la journaliste du Figaro Judith Waintraub avec le commentaire suivant " 11 septembre." Une date qui fait référence aux quatre attentats-suicides perpétrés par des commandos islamistes aux Etats-Unis le 11 septembre 2001, ayant fait près de 3000 morts. Un post qui a provoqué une série de réactions indignées, accusant la journaliste de faire preuve d’indignité et de racisme. Cette dernière a ensuite été menacée sur les réseaux sociaux.

Plusieurs personnalités ont dénoncé les menaces reçues par Judith Waintraub dont Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur :

De leur côté, certains internautes ont dénoncé le manque de soutien à l’étudiante :

Jointe par Mouv’, Imane n’a pas voulu commenter davantage ces incidents : " ce n’est qu’une virgule dans tout mon parcours et tout mon travail. Je ne souhaite pas être résumée à cela. "

Elle s’est ensuite contentée de quelques tweets publics afin d’apaiser les tensions en publiant sur Twitter des remerciements, ainsi que sa volonté de se couper des réseaux sociaux :

"J’ai l’impression d’être dans une bulle de bienveillance qui me protège de tout ça. Je lis chacun de vos messages et ils me touchent énormément [...] Votre amour et votre gratitude me protègent de leur haine. " 

"Je suis une étudiante en alternance qui essaie d’aider quotidiennement 100.000 étudiants. Je n’ai pas de temps ni d’énergie à accorder à ces gens. [...] J’ai un mental d’acier, je ne vacille et je ne tremble. "

Je suis tellement triste que de tout mon travail, ce soient mes origines et ma religion qui retiennent l’attention ces derniers jours.