MENU
Accueil
Une enquête ouverte après de nouvelles menaces de mort contre Mila, Marlène Schiappa réagit
Écouter le direct
Mila publie une nouvelle vidéo sur le réseau social Tik Tok - Capture d'écran
Mila publie une nouvelle vidéo sur le réseau social Tik Tok - Capture d'écran

Une enquête ouverte après de nouvelles menaces de mort contre Mila, Marlène Schiappa réagit

L'adolescente de 16 ans a publié sur Tik Tok une nouvelle vidéo polémique où elle évoque l'Islam. Le parquet de Vienne (Isère) ouvre une enquête pour "menaces de mort par écrit et harcèlement électronique".

Mila au cœur d'une nouvelle polémique, elle a été l'un des hashtags les plus utilisés ce weekend (14 novembre) sur le réseau social Twitter. La jeune fille de 16 ans originaire du département de l'Isère a publié une vidéo samedi sur Tik Tok où elle évoque l'Islam. Une partie de cette vidéo a été découpée et republiée sur Twitter et a créé de vives réactions. Insultes, messages de haine et menaces de mort ont fusé sur les réseaux sociaux.

Dans une première vidéo diffusée sur Instagram le 18 janvier dernier, Mila avait vivement critiqué l’islam et avait ensuite reçu de nombreuses menaces de mort et de viol. Elle avait du être déscolarisée.

Soutien de Marlène Schiappa et de la Licra

A la suite de ces nouvelles menaces, la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, a condamné sur Twitter ce qu'elle juge être de la "persécution contre une mineure",  et a assuré qu'elle adresserait un signalement au procureur ce lundi 16 novembre.

Le parquet de Vienne (Isère) ouvre une enquête pour "menaces de mort par écrit et harcèlement électronique". Les auteurs encourent jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Suite à cette nouvelle polémique, la Licra (ligue nationale contre le racisme et l'antisémitisme) a décidé d'apporter son soutien total à Mila sur Twitter, une réaction qui a beaucoup fait réagir les twittos. En effet, certains ont reproché à l'association d'avoir une notion de liberté d'expression à géométrie variable avec comme exemple le traitement fait à Freeze Corleone.

En octobre dernier, un homme de 23 ans avait été condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir menacé l'adolescente dans quatre vidéos postées sur internet.