MENU
Accueil
Un policier dénonce ses collègues pour maltraitance et racisme
Écouter le direct

Un policier dénonce ses collègues pour maltraitance et racisme

Dans un témoignage signé Streetpress, un policier met en cause plusieurs de ses collègues au dépôt du tribunal de grande instance de Paris.

"Ferme ta gueule, va mourir espèce de sale bougnou***", "pourquoi t'es arabe, pourquoi tu fais le ramadan ?", "qu'est-ce que tu fous dans ce pays, casse-toi, rentre chez toi", c'est avec ces déclarations que le témoignage de Amar Benmohamed face à la caméra de StreetPress débute. Ces déclarations, ce sont celles de certains de ses collègues, qui travaillent avec lui au tribunal de Paris.

Dans cette vidéo d'une dizaine de minutes, documents à l'appui, le brigadier-chef Amar Benmohamed dénonce ses collègues pour insultes racistes, privation de nourriture, ou encore privation de soins personnes enfermées. Ces actes, il les constate depuis 2017 et explique qu'ils ont eu lieu dans l'ancien dépôt du tribunal de l'île de la Cité, mais aussi dans le nouveau, qui est situé porte de Clichy. En effet, Les personnes en attente d'une présentation à un juge sont enfermées au dépôt, situé au sous-sol du tribunal de grande instance de Paris. Toute cette violence se déroule sous les pieds des magistrats

Si je ne dénonce pas mes collègues policiers, je suis complice.

Comme le relaye franceinfo, le brigadier-chef Amar Benmohamed a, à plusieurs reprises, alerté sa hiérarchie sur les agissements de plusieurs membres de l'équipe de nuit, entre 2018 et 2019. De plus, il a témoigné auprès de l'IGPN lors d'une enquête pour "mauvais traitements, propos à caractère discriminatoire et propos injurieux susceptibles d'avoir été infligés à des personnes déférées au tribunal de grande instance de Paris". Cette enquête a été achevée en février 2020, et a conclu à des faits de racismes répétés, et possiblement de maltraitance. 

Le témoignage est très dur, et le brigadier-chef donne des exemples d'insultes très graves : "Ferme ta gueule va mourir espère de sale bougno***", "Je donne pas à boire au né***". Il détaille aussi des comportements très choquants, lorsque certains surveillants apportaient à manger : "ils jetaient la nourriture au sol, froid ou alors, moi je ne l'ai pas vu, mais ce sont des faits qui ont été rapportés, ils faisaient chauffer les plats, ils crachaient dedans avant de les distribuer aux détenus et de se vanter."

Ce témoignage exceptionnel est disponible ci-dessus.