MENU
Accueil
Un élevage de poulets de l'Yonne épinglé par l'association L214
Écouter le direct
L'association L214 dénonce les conditions d'un élevage de poulet de l'entreprise DUC - Capture d'écran
L'association L214 dénonce les conditions d'un élevage de poulet de l'entreprise DUC - Capture d'écran

Un élevage de poulets de l'Yonne épinglé par l'association L214

Dans une nouvelle vidéo, l'association de défense des animaux dénonce les conditions de vie de poulets sur un site du groupe DUC dans l'Yonne. Les animaux sont brutalisés et les salariés affirment que le droit du travail n'est parfois pas respecté.

"Il y a des poulets qui sont déplumés, il y en a qui sont sales, recouverts d'excréments, il y en a qui boitent." C'est avec ces mots prononcés par un salarié qui travaille sur un site du groupe DUC que commence la nouvelle vidéo de L214. Selon l'association, les images ont été tournées à Chailley (Yonne) dans un site d’élevage de 25.000 poulets qui appartient au groupe DUC.

Sur ce site, les salariés doivent ramasser à la main des milliers de poulets qui iront ensuite à l'abattoir. Dans cette vidéo tournée en septembre, un salarié explique que "le but est d'aller très vite, de ramasser cinq poulets d'un coup et de les claquer dans une caisse en plastique. Pour aller plus vite, on n'a pas le temps de les déposer, on doit les claquer dans des caisses. On ramasse quatre à cinq poulets par main. Quand on les soulève, on entend les pattes se briser__, on entend les poulets qui crient. Et on les mets quand-même dans les caisses."

Un travail précaire pour les salariés 

On voit également sur les images de cette vidéo, des salariés exercer sans blouse, sans gants et sans masque. Ils travaillent pour un sous-traitant de Duc qui selon eux ne respectent pas le droit du travail. "Au niveau du droit du travail, c'est assez limite", témoigne l'un deux. Il précise : "J'ai travaillé plus d'un mois et je n'ai toujours pas reçu de contrat de travail. J'ai des collègues qui ont signé un contrat, mais le contrat n'a jamais été signé par l'entreprise. On est payé, mais on ne sait pas si on est vraiment sous contrat, si on est protégés."

Sollicité par France Bleu, le groupe Duc n'a pas répondu aux sollicitations. Une pétition est mise en ligne par L214 pour demander aux industriels de la volaille de changer leur conditions d’élevage et de ramassage des poulets.