MENU
Accueil
Trois candidats exclus des "Anges" après une grosse bagarre
Écouter le direct
Capture d'écran du générique des "Anges 12 : Asian Dream" (Les Anges - La chaîne officielle)
Capture d'écran du générique des "Anges 12 : Asian Dream" (Les Anges - La chaîne officielle)

Trois candidats exclus des "Anges" après une grosse bagarre

Les candidats de télé-réalité Ricardo, Nehuda et Pauline ont été exclus du tournage de la prochaine saison des "Anges" à La Réunion, suite à une violente altercation entre les candidats et Joé Bedier (le maire de Saint-André) et sa famille, dimanche 10 janvier.

"Des personnes beaucoup plus proches des démons que des Anges." C’est comme ça que Jean-Hugues Ratenon (député LFI de La Réunion) décrit les trois candidats exclus du tournage des Vacances des Anges sur RMC ce lundi 11 janvier. Les faits se sont passés à l’hôtel Créolia, à Saint-Denis, à La Réunion. Alors que Joé Bedier dînait avec sa famille, une candidate des Anges s’est présentée à leur table, leur exigeant de lui montrer leurs téléphones, persuadée qu’ils avaient pris des photos d’elle. "Elle était hystérique" témoigne le maire de Saint-André sur Réunion La 1ère. 

Dans la foulée, de nombreuses personnalités politiques ont apporté leur soutien au maire et à sa famille.

Un incident qui ne passe pas

Cette agression était, d’après le témoignage de Joé Bedier, extrêmement brutale. "Ma femme était au sol [], moi j’étais en train de prendre des coups, je me voyais partir" explique-t-il. La Grosse Equipe, chargée de la production de l’émission, a fait parvenir un communiqué dans lequel ils "condamnent avec la plus grande fermeté toute forme de violence." Ils détaillent également que "cet événement nous conduit à écarter immédiatement du tournage de l’émission les candidats concernés". 

Ricardo, Nehuda et Pauline seront renvoyés en France métropolitaine dans les plus brefs délais, "dès que la justice le permettra." Les trois candidats ont en effet été interpellés par la police, alors que la tension avec les riverains était montée d’un cran. Une enquête "pour violence volontaire en réunion", a été ouverte par le procureur de Saint-Denis, d’après le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu.