MENU
Accueil
Traiter un coiffeur de "PD", normal pour les prud'hommes
Écouter le direct
Traiter un coiffeur de "PD", normal pour les prud'hommes
Traiter un coiffeur de "PD", normal pour les prud'hommes ©Radio France

Traiter un coiffeur de "PD", normal pour les prud'hommes

Le coiffeur en période d'essai a été traité de "PD", dans un texto envoyé par erreur, avant de se faire renvoyer. Si le conseil des prud'hommes a condamné le salon de coiffure pour licenciement abusif, il a rejeté le caractère homophobe du message.

"Je ne le sens pas, je ne le garde, c'est un sale PD, ils ne font que des tours de pute" . C'est le texto distingué qu'a reçu un coiffeur de la part de son employeur, alors qu'il était en période d'essai, début 2015. Message envoyé "par erreur" se défendra plus tard le patron.

Le lendemain, sa hiérarchie met fin à sa période d'essai pour "insufisance professionnelle" . Le coiffeur se tourne aussitôt vers le Défenseur des droits et assigne son employer devant le conseil des prud'hommes. Inadmissible, estiment-ils, en parlant de la rupture du contrat avant de condamner le manager à 5000 euros d'amende pour licenciement abusif.

L'affaire a été portée devant les prud'hommes / ® Conseil des prud'hommes
L'affaire a été portée devant les prud'hommes / ® Conseil des prud'hommes ©Radio France

"Il a sûrement été pris dans la précipitation"  penseSlimane Laoufi, chef du pôle emploi privé auprès du Défenseur des droits, "le conseil a repris les propos de l'avocat du salon de coiffure"  ajoute t-il.

Myriam El Khomri "pas au courant"

La décision de justice a été immédiatement relayée par les associations pro-LGBT. "Le jeune homme fera appel"  précise Slimane Laoufi. Le Défenseur des droits émettra également des observations sur le jugement.

Interpellée par Olivier Mazerolle le vendredi 8 avril sur RTL, la ministre du Travail Myriam El Khomri dit "ne pas connaître cet arrêt" , mais l'a tout de même commenté, le qualifiant de "scandaleux" et de "choquant" .

Les explications, en détails, par Alice Serrano.

Crédit photo : Britta Pedersen/dpa/picture-alliance/MaxPPP