MENU
Accueil
Soupçon de harcèlement moral et sexuel à la fédération française de foot ?
Écouter le direct
QG de la FFF
QG de la FFF ©AFP

Soupçon de harcèlement moral et sexuel à la fédération française de foot ?

Dans une enquête publiée par le New York Times, des dysfonctionnements internes au sein de la FFF et des comportements toxiques sont pointés du doigt.

Ces deux dernières années, la fédération française de football a été sur le devant de la scène de façon plutôt positive. Il y a eu le sacre mondial de l’équipe masculine en 2018 et, un an plus tard, l’organisation sur le territoire de la Coupe du monde féminine. Mais ce qui se passerait en coulisses serait bien moins reluisant. 

Selon l’enquête du New York Times, Noël Le Graët, le patron de la FFF, aurait engagé une entreprise externe, Plein Sens, "formée à la réparation d'entreprises en panne pour guider son personnel hors du tumulte." 

Depuis deux ans, la fédération ferait face à des accusations de comportements toxiques de la part des hommes à l’égard des femmes, de harcèlement moral par la directrice générale Florence Hardouin et, en général, d’une culture d’entreprise malsaine. Des employés interrogés par le journal américain explique que "le mauvais langage, la maltraitance mentale et le stress étaient courants, et l'alcool avait alimenté un comportement inapproprié lors d'événements pour le personnel."

Deux événements ont particulièrement touchés les employés. Il y a quelques années, des employés masculins seraient entrés dans la chambre d’une de leur collègue sans y être invités. Le second événement s’est déroulé après la Coupe du monde de 2018. Marc Varin le directeur financier, avait été mis en garde suite à une plainte déposée par une employée qui dénonçait un comportement déplacé de sa part. Cependant, la fédération a nié l’existence des problèmes sexistes au sein de son organisation en précisant au New York Times que 45% de ses employés étaient des femmes. Et pourtant, l’alcool a été interdit début 2020 lors des fêtes.

Depuis le début de l’enquête interne menée par la société Plein Sens, une vingtaine de directeurs en poste auraient été reçus pour discuter de ces dysfonctionnements et trouver une solution. Les résultats devraient être connus dans plusieurs mois.

En mars prochain, il y aura l’élection pour le poste de la présidence de la Fédération, aujourd’hui occupé par Noël Le Graët, l’occasion de mettre un bon coup de balai à ces pratiques ?