MENU
Accueil
Covid-19 : Selena Gomez accuse Facebook de ne rien faire face aux fake news
Écouter le direct
Selena Gomez - Cannes, 2019 (Toni Anne Barson/FilmMagic)
Selena Gomez - Cannes, 2019 (Toni Anne Barson/FilmMagic) ©Getty

Covid-19 : Selena Gomez accuse Facebook de ne rien faire face aux fake news

Sur Twitter, Selena Gomez a pris position contre Facebook.

Alors que les actions pour la lutte contre la pandémie angoissent les population, la gestion des fakes news, notamment sur les réseaux sociaux, n'a jamais été plus au centre des débats. Le 30 décembre, c'est Selena Gomez qui a utilisé la plateforme pour accuser Facebook de laisser filer de fausses informations relatives au Covid.

Le tweet de l'actrice cite celui du compte "Center for countering digital hate" ("Centre pour contrer la haine digitale") qui partage lui-même un extrait de BBC News, la chaîne d'information du Royaume-Uni :

La vidéo-source montre le PDG du Centre pour contrer la haine digitale, qui répond à la question d'une journaliste de BBC sur la désinformation liée au virus : "selon les dires de Facebook, ils font effectivement en sorte de retirer les éléments de "désinformations" qui pourraient conduire à des dommages physiques, comme les fausses informations concernant les vaccins approuvés. Ils ont par exemple travaillé avec le gouvernement du Royaume-Uni, est-ce que ça vous semble suffisant ?".

Facebook va être responsable de milliers de morts s'ils n'agissent pas maintenant !

Imran Ahmed est catégorique : sur 1000 éléments de "désinformation" signalés par des volontaires, 5% seulement ont été retirés. Cette prise de parole a fait réagir Selena Gomez qui a écrit : "la désinformation scientifique nous coûte et va encore nous coûter des vies. @Facebook a dit qu'ils n'autorisaient pas la diffusion  de mensonges en rapport avec le COVID et les vaccins sur leurs plateformes. Alors comment se fait-il que ça continue ? Facebook va être responsable de milliers de morts s'ils n'agissent pas maintenant !".

Facebook n'a pas encore répondu à ces accusations précises, et un de leur dernier tweet met encore en avant un live datant du 30 novembre dans lequel le PDG Mark Zuckerberg a pris la parole avec un expert des maladies infectieuses...