MENU
Accueil
Roselyne Bachelot alloue 432 millions d’euros pour le spectacle vivant
Écouter le direct
Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture - Dominique Charriau / Contributeur
Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture - Dominique Charriau / Contributeur ©Getty

Roselyne Bachelot alloue 432 millions d’euros pour le spectacle vivant

Une somme de 432 millions d'euros sera consacrée au spectacle vivant privé et public, un soulagement pour l'un des secteurs les plus sinistrés par la crise sanitaire.

La Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, le Premier ministre, Jean Castex et les représentants du secteur du spectacle vivant se sont réunis pour trouver un consensus. Ce secteur concerne le théâtre, la danse, les arts du cirque, les arts de la rue, les arts de la marionnette, l'opéra, le spectacle de rue et la musique live. Il a été l'un des secteurs le plus sévèrement touché par la crise sanitaire. Une enveloppe de 432 millions d'euros sera allouée au spectacle vivant privé et public.

Cette somme fait partie des deux milliards d'euros attribué pour tout le secteur de la culture. 

Une quarantaine de représentants des organisations patronales privées et publiques ainsi que quatre syndicats de salariés du spectacle vivant étaient présents, Nicolas Dubourg, président du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles) a donné des précisions quant à la répartition à l'AFP :

Il s'agit de 200 millions pour le spectacle vivant public, répartis entre grands opérateurs comme l'Opéra de Paris, la Comédie-Française et les organismes en région, et de 220 millions pour le spectacle vivant privé.

En plus de cette mesure, Jean Castex a annoncé, pour relancer l'activité, une provision de 100 millions d'euros qui permettra d'assurer le financement dès septembre. 

Si ces mesures sont saluées par les concernés, les professionnels s'inquiètent toujours du maintien d'une jauge réduite. Nicolas Dubourg, président du Syndeac ajoute au micro de France Bleu : "Dire en même temps 'Revenez au théâtre mais la jauge est limitée à 50%', ça renvoie quand même un signal que c'est encore dangereux". Aurélie Hannedouche, du Syndicat des musiques actuelles, a salué ces mesures mais regrette qu'il n'y ait "aucune perspective donnée pour les spectacles debout".