MENU
Accueil
Renault va supprimer 15 000 emplois dont 4600 en France
Écouter le direct
Des employés de Renault sur le site de Choisy-le-Roi protestent contre la suppression des postes - 29 mai 2020 (Photo : Geoffroy Van Der Hasselt)
Des employés de Renault sur le site de Choisy-le-Roi protestent contre la suppression des postes - 29 mai 2020 (Photo : Geoffroy Van Der Hasselt) ©AFP

Renault va supprimer 15 000 emplois dont 4600 en France

Le constructeur automobile a annoncé ce vendredi 29 mai la suppression de postes dans le cadre d'un plan d'économies.

Dans un communiqué publié ce vendredi 29 mai, Renault dévoile l'ampleur de son plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros, étalé sur trois ans, pour permettre notamment au constructeur de faire face à la crise économique liée à l'épidémie de coronavirus. L'entreprise affirme que ce plan "vise à restaurer la compétitivité du Groupe et assurer son développement sur le long terme dans le cadre de l’Alliance."

Pour parvenir à réaliser des économies et pouvoir à terme faire des investissements intéressants permettant le développement de l'entreprise, Renault a défini plusieurs axes. Le groupe souhaite simplifier le processus de production, réduire "la diversité des composants au sein des véhicule" et ajuster "les capacités industrielles__."

4 600 postes en moins en France, une mesure étalée sur 3 ans

C'est justement par cet ajustement des capacités industrielles que passe la suppressions des postes, ou plutôt "l'ajustement des effectifs"_comme il est inscrit dans le communiqué. Le groupe explique que ce sera mené "par des mesures de_ reconversion, de mobilité interne et des départs volontaires__." Il finit par annoncer que ce sont 4 600 postes qui sont concernés en France et plus de 10 000 autres partout dans le monde. Ces mesures seront étalées sur 3 ans.

Les sites affectés

Un seul site sera fermé à l'horizon 2022 en France, il s'agit de celui de Choisy-le-Roi (Val de Marne). Un transfert de ses activités vers le site de Flins, dans les Yvelines, est prévu. Les autres usines affectées par la restructuration sont celles de Dieppe (Seine-Maritime), Caudan (Morbihan) et Maubeuge (Nord).

L'entreprise souligne que le but est un "retour à une croissance rentable et durable." Le Président du Conseil d'administration de Renault a affirmé que "Les évolutions projetées sont fondamentales pour assurer la pérennité de l’entreprise et son développement sur le long terme."

D'après Le Monde, ce plan d'économies et de réduction des effectifs a été présenté aux partenaires sociaux du groupe jeudi 28 mai au soir. Renault souligne que "les évolutions envisagées seront mises en œuvre en concertation, dans le cadre d’un dialogue permanent, avec les partenaires sociaux et les collectivités locales."