MENU
Accueil
Racisme : Meghan Markle affirme que la famille royale s'inquiétait de la couleur de peau de son fils
Écouter le direct
Le prince Harry et Meghan Markle durant l'interview exclusive d'Oprah Winfrey.
Le prince Harry et Meghan Markle durant l'interview exclusive d'Oprah Winfrey. ©AFP

Racisme : Meghan Markle affirme que la famille royale s'inquiétait de la couleur de peau de son fils

Le couple s'est confié pendant deux heures à la star de la télévision américaine, Oprah Winfrey. Parfois émue aux larmes, Meghan Markle raconte que la famille royale s'est inquiétée de la couleur de peau de son fils avant qu'il naisse.

Les tabloïds s'attendaient à une interview-choc. Ils ont été servis. Le prince Harry et sa femme Meghan Markle ont confié un long entretien à la chaîne américaine CBS et à la célèbre animatrice Oprah Winfrey. Une interview de deux heures vue par des millions de téléspectateurs et qui sera diffusée ce soir en Français sur TMC en prime time, à partir de 21h.

Dans cet entretien, Meghan Markle affirme que des membres de la famille royale s'étaient inquiétés de la couleur de peau de son fils Archie avant sa naissance. La princesse, métisse, a expliqué que le prince Harry a été informé "d'inquiétudes et de conversations () quant à savoir à quel point sa peau (serait) foncée". Elle a également indiqué que le palais de Buckingham avait refusé d'accorder une protection à l'enfant, bien que ce soit la tradition.

"C'était étrange", a dit Harry au sujet de cette conversation, refusant, lui aussi, de révéler qui en était à l'origine. "J'étais sous le choc."  Lors de ce grand entretien de deux heures, les Sussex ont révélé le sexe de leur futur bébé : il s'agit d'une petite fille.

"Prisonnier du système"

Certains membres de la famille royale sont visés directement, comme le prince Charles. Harry s'est dit"vraiment déçu" par son père, dont il déplore l'absence pendant cette période difficile. "Parce qu'il a vécu quelque chose de similaire. Il sait ce qu'est la douleur", a dit le prince, faisant référence à la mort de Lady Diana. "Mon père et mon frère sont prisonniers" du système, estime encore le prince Harry. "Ils ne peuvent pas partir", comme Harry l'a fait après avoir réalisé qu'il était lui-même "prisonnier", a-t-il déclaré. "Et j'ai une énorme compassion pour cela".

En revanche, le fils cadet de Charles et Diana a loué sa grand-mère, la reine Elisabeth II, affirmant ne pas l'avoir "prise par surprise" lorsqu'il a annoncé sa mise en retrait de la famille royale.  "Ma grand-mère et moi avons une très bonne relation et une entente", a-t-il dit. "Et j'ai un profond respect pour elle. C'est mon colonel en chef. Elle le restera."