MENU
Accueil
Nouvelle-Zélande : Une plateforme pour dénoncer les infractions au confinement a été saturée
Écouter le direct
Vous avez appelé la police ? - Education Images/Universal Images Group via Getty Images
Vous avez appelé la police ? - Education Images/Universal Images Group via Getty Images ©Getty

Nouvelle-Zélande : Une plateforme pour dénoncer les infractions au confinement a été saturée

La police Néo-zélandaise a mis à la disposition de la population une plateforme numérique, pour signaler les violations des consignes de confinement et ce site rencontre un véritable succès...

Une initiative qui sort tout droit du passé mais cette fois-ci en mode 2.0... La police Néo-Zélandaise a mis un site internet à disposition des 5 millions d'habitants pour que chacun, de son salon, puisse signaler les violations des consignes de confinement ou encore les magasins qui profiteraient de la crise pour faire flamber les prix. Les Néo-Zélandais ont débuté leur confinement  le 25 mars, pour une durée de 4 semaines. 

Ce site a été mis en ligne quatre jours après le début du confinement, et il a rencontré un tel succès qu'il a planté au bout de quelques heures... 

Mike Bush, chef de la police néo-zélandaise reste philosophe : "Nous avons reçu 4.200 signalements de personnes pensant que d'autres ne respectaient pas les règles de confinement (...) Cela montre à quel point les Néo-Zélandais sont déterminés à ce que tout le monde respecte les consignes.". 

Pour vous donner des exemples, un habitant a signalé sur la plateforme qu'une fête avec 60 participants battait son plein dans une auberge ou que des voyageurs en camping-car poursuivaient leur route.

Tout va bien puisque le site est à nouveau accessible :

Même si ce type de site n'existe pas en France, le 17, le numéro d'urgence de la police et de la gendarmerie, reçoit des appels de citoyens dénonçant le non-respect des consignes de confinement de leurs voisins:

Mon voisin discute avec beaucoup de gens et ne respecte pas le confinement.

Ou encore :

Il y a trop de monde chez mon voisin...

Concernant ces appels, les forces de l'ordre font la différence entre la délation et l'intérêt sanitaire :

Il ne s'agit pas de délation, mais de dénonciation, parce que derrière il y a un intérêt sanitaire et donc général.

Pour l'heure, le bilan en Nouvelle-Zélande fait état de 451 cas confirmés de coronavirus, dont une personne décédée.