MENU
Accueil
Lord Esperanza : "Les élections européennes sont aussi importantes qu'un scrutin national"
Écouter le direct
Lord Esperanza figure parmi les artistes de la tournée Europavox du 2 au 11 mai
Lord Esperanza figure parmi les artistes de la tournée Europavox du 2 au 11 mai ©Radio France

Lord Esperanza : "Les élections européennes sont aussi importantes qu'un scrutin national"

Le rappeur (22 ans) participe cette année à la tournée Europavox, en partenariat avec la Commission européenne, du 2 au 11 mai dans sept grandes villes françaises. À cette occasion, Lord revient sur son attachement à l’Europe un mois avant les élections européennes.

Connais-tu le festival Europavox avant d’y participer cette année ? 

Pour être franc, j’en avais eu des échos. Je sais que ça fait partie des festivals importants en France, qui plus est avec une résonnance symbolique puisqu’il défend les valeurs d’une Europe plus unifiée. Je suis donc très content de pouvoir y participer cette année.  

Tu as accepté d’y participer simplement par possibilité de faire un festival ou vraiment dans l’idée d’Europavox, à savoir donner une vision positive, citoyenne, et engagée de l’Europe.  

Les deux interagissent. J’ai bien sûr été séduit par le fait de pouvoir rencontrer mon public à l’occasion d’un festival gratuit. Mais surtout, avec ce tout début de notoriété que j’ai, je trouvais ça important de transformer mon énergie à bon escient. En tant que jeune artiste de 22 ans, je suis inévitablement un enfant de l’Europe. J’ai grandi avec ses idéaux aussi bien dans mon éducation que dans mon rapport à l’Europe à l’école. Puis en grandissant je me suis mis à lire. J’ai appris que ces idéaux-là étaient menacés par la montée du populisme et le non-respect des droits de l’homme. Je pense par exemple à ces images de migrants échoués sur les plages méditerranéennes. Ce côté moins attrayant de l’Europe nous touche tous, mais on a en générale une conscience de citoyen Français, plus que de citoyen européen.  

C’est quelque chose que tu déplores ?

Un peu oui. On ne pense pas à réfléchir en tant que citoyen européen alors qu’on a de la chance de l’être, et moi davantage. En tant que jeune artiste, j’ai la chance de beaucoup voyager grâce aux concerts et aux festivals partout en Europe. J’étais par exemple à Berlin il y a quelques semaines et j’ai pu voyager avec ma seule carte d’identité nationale sans besoin de visa. Il ne faut pas oublier que le flux de personnes est quand même l’un des impacts positifs les plus probants de cette Europe. Au même titre que la culture d’ailleurs, avec un projet comme Erasmus qui permet de mieux comprendre l’histoire et les cultures des autres pays européens. Moi qui suis Polonais de par ma grand-mère, j’ai aussi grandi avec une mixité qui représente selon moi notre génération. Une génération ouverte sur le monde. 

En tant qu’artiste, qu’est-ce que t'apporte l’Europe dans ton quotidien ? 

Culturellement déjà ça donne une grande place à la liberté et à la créativité. Je suis autant un enfant d’internet que de l’Europe. Justement parce que l’Europe nous permet cette facilité de déplacement et ce rapport à la culture et à l’ouverture sur le monde au même titre qu’Internet. Du coup, je me sens citoyen européen dans la vie de tous les jours. Je peux aussi bénéficier des aides culturelles mises en place par le gouvernement européen. Je vais par exemple faire le Sziget festival à Budapest en Hongrie. Tout ça c’est d’un point de vue artistique. Après, d’un point de vue plus humain, j’ai des amis issus de familles agricoles qui souffrent énormément de la Politique Agricole Commune (PAC) par exemple. Il faut donc être aussi capable de conscientiser qu’en tant qu’artiste, on est du bon côté de la barrière. À l’inverse d’autres souffrent…

D’où l’importance des élections européennes pour changer certaines choses ? 

En tant que citoyen européen, il faut se poser des questions sur les non-engagements de l’Europe sur le glyphosate. Il y a aussi plusieurs autres problèmes bien résumés dans l’interview de Jean-Claude Juncker (président de la Commission européenne) par une YouTubeuse française qui l’a mis face à ses contradictions. 

Je pense que ma génération a une conscience écologique et altermondialiste nécessaire via les problématiques qu’elle rencontre. Mais comme l’Europe ne les représente peut-être pas assez sur ces sujets, ils comprennent peut-être moins l’importance des élections européennes, pourtant tout aussi importantes qu’un scrutin national. Voilà pourquoi Europavox est un projet qui m’a touché. 

Si tu devais faire comprendre à un jeune l’importance de cette élection, que lui dirais-tu ?  

Là où j’inciterais les jeunes à se déplacer pour les élections européennes, c’est que ce vote est une ramification directe de ce qui les représente. C’est important qu’ils le conscientisent. Il existe bel et bien un peuple européen même si on ne s’y retrouve pas toujours. Il faut donc avoir la capacité de le comprendre et d’en être informé, et c’est aussi pour cela que des projets comme Europavox sont séduisants pour l’éducation des jeunes générations. Ce sont des thèmes que j’aborde dans des chansons comme « l’insolence des élus » ou dans celles qui figureront dans mon nouvel album « drapeau blanc » prévu fin mai.

Dans « Oh Lord » tu dis : « En constante progression comme le taux d'abstention ». Tu sembles très politisé, d’où vient cette conscience politique ? 

Venant d’une famille d’immigrés, on m’a de suite fait comprendre le pluralisme des cultures, l’histoire et la chance de pouvoir voyager. À l’adolescence, je me suis renseigné sur la politique. J’ai une certaine sensibilité sur pas mal de problématiques comme de nombreux jeunes. Les problèmes écologiques en font notamment partie. J’ai eu la chance de tomber sur les bons documentaires et je suis aussi très intéressé par l’histoire. Sans oublier la musique grâce à laquelle j’ai pu faire des rencontres. En Allemagne, j’ai discuté avec une fille qui vit entre Barcelone et Berlin. On en discute entre artistes et on a tous conscience de cette facilité d’être Européen.

Si tu devais résumer ce que symbolise l’Europe pour toi, tu dirais quoi ?

L’Europe c’est un melting pot. Ce sont des beaux idéaux et des belles valeurs. Il ne faut pas oublier qu’historiquement, l’Europe a été créée au lendemain de la victoire sur le fascisme. Aujourd’hui, notre génération est confrontée à des problèmes écologiques, sociaux, et économiques majeurs et il est important qu’on conscientise tous que c’est pour une Europe meilleure qu’on se doit d’agir. Le rapport au peuple doit être mieux inversé et donner plus la parole à la jeunesse qui a des choses à dire. J’invite tout le monde à regarder ce témoignage très touchant de Greta Thunberg, 16 ans, qui a donné un discours émouvant sur l’avenir de notre planète. 

Il y a des jeunes comme elle qui peuvent faire changer les choses. Oui je crois en l’Europe, mais non je ne me reconnais plus assez en elle. À travers mon métier, j’ai envie de prendre la parole à ce sujet afin de sensibiliser le plus grand nombre. Je ne dis pas qu’en participant à Europavox je vais changer le monde mais c’est une action personnelle qui peut nourrir un idéal collectif. Je suis donc très heureux de participer à ce festival car notre génération doit garder espoir.