MENU
Accueil
Quand les rappeurs appellent (ou non) au vote
Écouter le direct
Orelsan aux victoires de la musique à Paris.
Orelsan aux victoires de la musique à Paris. ©Getty

Quand les rappeurs appellent (ou non) au vote

A 13 jours des élections européennes, Mouv' s'intéresse aux connexions entre rap et politique. Même si l'amour est peut-être moins charnel qu'avec le foot, certains rappeurs appellent à glisser un bulletin dans les urnes. Bien qu'ils ne soient pas majoritaires.

Le vote est de plus en plus délaissé par les jeunes... Encore plus lorsqu'il s'agit des élections européennes où les enjeux sont souvent méconnus. Lors des élections européennes de 2014, le parti de Marine Le Pen est arrivé en 1ère position dans le 93 (Seine-Saint-Denis) et dans plusieurs villes du 78 (Yvelines) comme les Mureaux ou Trappes. Des résultats qui peuvent paraître très surprenants au vu de la population d'origine étrangère dans ces communes...

Les rappeurs sont des portes voix très importants en matière de message politique. Le temps a fait que les rappeurs s'expriment de moins en moins sur la question pour préserver leurs ventes ou bien simplement par désintérêt de la vie politique. Il y avait une quinzaine d'années, il n'était pas rare de voir des rappeurs s'insurger et réagir pour éveiller les consciences et faire voter les jeunes... Le rappeur Alibi Montana a par ailleurs distribué des tracts pour motiver les jeunes à voter. Il avait déclaré dans une interview pour le Parisien :

« Les jeunes me disent qu'ils n'en ont rien à faire des élections [...] Moi je leur explique que c'est important !"

"Bouge Ton Vote" : c'était l'opération organisée par Skyrock dans le cadre de l’élection Présidentielle 2012. La radio avait réuni des rappeurs comme Youssoupha, Dry ou Guizmo pour sensibiliser les jeunes au droit de vote par le biais du rap.

Youssoupha est par ailleurs, l'un des seuls rappeurs à avoir maintenu son engagement dans le temps même si sa façon de voir la politique a évolué. Il n'en reste pas moins un grand frère pour beaucoup de jeunes encore aujourd'hui. "Voter est toujours quelque chose d'important pour moi. Mais je ne suis plus aussi radical par rapport à ceux qui ne votent pas. Beaucoup de personnes ne croient pas à la démocratie telle qu'elle fonctionne aujourd'hui. Ce n'est pas mon cas." raconte Youssoupha dans une récente interview.

En 2012, le rappeur Oreslan n'avait encore jamais voté, mais il a décidé d'être attentif dorénavant, conscient de l'importance d'un tel choix. "Je vais aller voter parce que je pense qu'il y a des limites raisonnables à ne pas dépasser". En 2017, Rim'k était séduit par le candidat Jean-Luc Mélenchon. Le franc-parler du candidat a redonné de l'intérêt à la vie politique pour le rappeur originaire du 94 : "C'est ça que les gens aiment, ils aiment la franchise. Et ça, ça s'est tellement perdu dans la politique, qu'un mec un peu sincère, [...] tout de suite, il intéresse du monde".

Edel Hardiess, le rappeur du 94 qui soutient Marine Le Pen

Il affirme être plus en lien avec les positions du PS à l'origine mais préfère attribuer sa voix au RN par contestation. Celui qui a voté Hollande en 2012 s'est exprimé pour le Courrier de l'Atlas notamment... "Je préfère une ennemie déclarée qu'un traître".

La nouvelle génération de rappeurs ne s'exprime pas... ou en défaveur du vote

C'est aussi le coût de l'évolution du rap, beaucoup plus commercial, plus grand public, les rappeurs évoquent de moins en moins les sujets polémiques qui peuvent conduire à des scissions avec le public. Aujourd'hui, presque aucun rappeur de la nouvelle génération ne parle de vote, ou quand il le fait, ce n'est pas une démarche incitative. A titre d'exemple, Nekfeu dans son titre "Rêve d'avoir des rêves" datant de 2015, il explique que pour lui "Voter, c'est décider de qui va décider pour toi". El Matador en 2015 exprimait son dépit par rapport au vote "oui j’aimerais vous dire d’aller voter"' malheureusement, il a perdu foi en l'utilité du vote et ne peut donner ce conseil. Lino de son côté abonde dans le sens d'El Matadore et remet en cause l'utilité même du droit de vote "Surtout ne pas s'poser les bonnes comme : "À quoi ça sert d'voter ?". Pour conclure, nous allons finir sur un avis assez ouvert et débattu depuis de longues années. Aladin 135, ce jeune rappeur de 22 ans démontre tout son désintérêt pour le vote et son mépris de la classe politique dans le titre New-York sorti en 2017 "J'vais pas voter, j'm'en fous de qui ils élisent. Sur le peuple, mon gars, tous les jours ils médisent". Le titre "Vanille" de Josman aussi laisse peu de place aux doutes quant à sa défiance face à la classe politique.

L'info Mouv' en + : Des rappeurs et des moines bouddhistes se sont alliés pour appeler des étudiants à voter en mars dernier en Thaïlande. En Israël aussi le rap s'investit, "Soit nous votons, ou nous finissons en dehors de la patrie", scande le rappeur arabo-israélien Nafar dans sa chanson "Tamer doit voter".