MENU
Accueil
Les fans de James Bond lancent une cagnotte pour racheter "Mourir peut attendre"
Écouter le direct
Daniel Craig, dans le rôle de James Bond, mannequin pour la montre Omega, dans une boutique à New York.
Daniel Craig, dans le rôle de James Bond, mannequin pour la montre Omega, dans une boutique à New York. ©Getty

Les fans de James Bond lancent une cagnotte pour racheter "Mourir peut attendre"

Impatient de voir le dernier opus de la saga James Bond reporté une nouvelle fois, les fans ont ouvert une campagne de financement participatif. Le but : trouver 607 millions de livres sterling (l'équivalent de 674 millions d'euros) pour racheter les droits et diffuser le film librement pour Noël.

Les fans n’en peuvent plus ! Mourir peut attendre, le 25ème volet de la saga des James Bond devra également attendre. Initialement prévu pour le 8 avril 2020, la sortie du film a été une première fois décalée au 25 novembre à cause de l’épidémie de coronavirus, avant d'être finalement de nouveau reportée au 31 mars 2021. 

Exaspérés, les fans du plus connu des agents secrets britanniques ont décidé de racheter les droits du film afin de le diffuser gratuitement pour les fêtes de Noël. Cette idée pour le moins ambitieuse a germé dans la tête des fans lorsqu’ils ont appris que la Metro Goldwyn Mayer a annoncé vouloir diffuser le film, non pas sur grand écran, mais sur une plateforme de streaming. Tout comme Disney l’avait fait, quelques mois auparavant, pour son film Mulan, diffusé sur Disney+.

Problème : la somme réclamée par la société de production s’élève... à 607 millions de livres sterling. Une sacré mission, même pour l’agent du MI6. Les afficionados de l’agent 007 ont donc aussitôt ouvert une cagnotte en ligne sur la plateforme Gofundme. Malheureusement celle-ci ne s’élève actuellement qu’à 825 livres, mais rien n’est encore perdu après tout. 

Toutefois, si les sommes récoltées n’atteignaient pas leur objectif, l’ensemble des dons devra être reversés aux associations The Trussell Trust et Fareshare, actives aux côtés des enfants défavorisés, peut-on lire sur leur page de financement.