MENU
Accueil
Le meilleur couscous du monde est fait... par une Sénégalaise
Écouter le direct
Des personnes partageant un couscous en France en 2015
Des personnes partageant un couscous en France en 2015 ©Getty

Le meilleur couscous du monde est fait... par une Sénégalaise

La 22ème édition du Cous Cous Fest tient sa nouvelle championne ! Cette compétition qui, comme son nom l’indique, récompense le meilleur couscous du monde, a rendu son verdict en Italie la semaine dernière : une cheffe sénégalaise a brandi le trophée

Mareme Cissé, cheffe sénégalaise originaire de Dakar et travaillant dans le restaurant Ginger People & Food en Sicile, cuisine le meilleur couscous du monde. C’est le jury du Cous Cous Fest qui a tranché le 29 septembre dernier. Ce concours original est tout à fait sérieux : chaque année depuis 1998, le Cous Cous Fest, le festival international de de l’intégration culturelle, attire près de 300 000 visiteurs dans la ville de San Vito lo Capo dans le nord-ouest de la Sicile. Lors de cette 22ème édition, des cuisiniers de Tunisie, Maroc, Sénégal, Palestine, Italie, Etats-Unis et Israël se sont affrontés et c’est la recette du «Falilou Couscous» qui a conquis les papilles des jurés (onze journalistes, chefs et blogueurs ainsi qu’Enzo et Paolo Vizzari, experts culinaires). 

Il faut dire que le «Falilou Couscous» (du nom du fils de la Sénégalaise Marame Cissé qui la seconde) ne laisse pas indifférent, jugez-plutôt : « un couscous au poulpe mariné et poché selon la tradition sénégalaise, accompagné de tartare de légumes de potager du jardin et de mangue, servi sur une crème de carottes et de gingembre aux fines herbes et aux épices de Salamba ». Le goût a séduit, mais aussi sa présentation « les couleurs du couscous, et des légumes distincts et juxtaposés sans être mêlés, évoquent un tableau de nature morte une élégante représentation miniaturisée très attrayant pour le palais » déclarait le président du jury technique. C’est la première fois que le Sénégal remporte ce prix en vingt-deux ans, il succède à la Tunisie qui l’a notamment gagné cinq fois en depuis 1998.

«Falilou Couscous» le couscous de Marame Cissé qui a séduit les jurés / Cous Cous Fest 2019

Le couscous, vecteur de paix et d’intégration culturelle

«Encore une fois, San Vito lo Capo est devenue la capitale mondiale de l’intégration et de la contamination culturelle » déclarait Giuseppe Peraino, le maire de San Vito lo Capo. « Make couscous not walls » (« faîtes du couscous, pas des murs » en allusion aux politiques migratoires répressives actuelles), la devise de festival, démontre bien l’ambiance qui règne pendant la dizaine de jours de manifestation. Une manifestation qui facilite les échanges entre les peuples ainsi que les transmissions culturelles, et tout cela grâce au couscous ! 

Marame Cissé et son trophée de championne du Cous Cous Fest le 29 septembre 2019 / Cous Cous Fest 2019

Cette notion d’intégration culturelle est une notion qui anime au quotidien la lauréate de ce concours, Marame Cissé. Dans son restaurant Ginger People & Food, Marame Cissé s’en tient à un ancien proverbe sicilien « ogni tavu è trazzera » qui signifie « chaque table est un chemin » et revisite la gastronomie sénégalaise et sicilienne. Elle insiste sur cette culture diverse : « c’est la passion qui anime mon travail, je suis consciente de la nécessité de construire une société multiculturelle__, favorisant l’intégration et ouverte sur le futur » déclarait-elle à l’issue du Cous Cous Fest. Le Falilou Couscous est donc le symbole de cette société multiculturelle prônée par la nouvelle championne du monde du couscous. La paix et l'intégration grâce au couscous, pourquoi pas, après tout le bonheur est dans l'assiette paraît-il.