MENU
Accueil
Le PDG d’Amazon Jeff Bezos lance un fonds de 10 milliards de dollars pour la planète
Écouter le direct
Jeff Bezos, 56 ans, va donner 1/13eme de sa forture personnelle pour lutte contre le changement climatique.
Jeff Bezos, 56 ans, va donner 1/13eme de sa forture personnelle pour lutte contre le changement climatique. ©Getty

Le PDG d’Amazon Jeff Bezos lance un fonds de 10 milliards de dollars pour la planète

L'homme le plus riche du monde, a annoncé sur son compte Instagram le lancement du "Bezos Earth Fund" (Fonds Bezos pour la Terre), 20 jours après les critiques de 300 employés Amazon sur l’impact environnemental de la firme.

44,4 millions de tonnes d'équivalent CO2, soit 10 % des émissions annuelles totales de la France. C'est, selon la plateforme en ligne Climate Watch, ce que dégage chaque année la production d'Amazon. En cause, les fermes de serveurs du géant d'Internet, les fameux Data centers mais aussi, et surtout, le tentaculaire réseau de livraison, principalement par camion, donc très gourmand en gaz à effet de serre. Alors pour réduire l'impact de son entreprise sur le réchauffement climatique, le "divin chauve" Américain, homme le plus riche du monde à la tête de 130 milliards de dollars, y met de sa poche. Il dote personnellement le Bezos Earth Fund (Fonds Bezos pour la Terre) de 10 milliards de dollars "pour commencer", ajoutant que les premières subventions à des chercheurs, militants et ONG seront attribuées cet été.

Greenwashing, es-tu là ?

"Nous pouvons sauver la terre", affirme-t-il sur son post Instagram. "Cela nécessite une action collective dans grandes et petites entreprises, des Etats, des organisations mondiales et des individus. La terre c'est la chose que nous avons tous en commun. Protégeons-la, ensemble", conclut-il. 

En septembre dernier, Jeff Bezos avait promis qu'Amazon atteindrait la neutralité carbone en 2040, une annonce qui accompagnait une vaste campagne devant permettre de remplir - avec 10 ans d'avance - les engagements climatiques de l'accord de Paris. Pour autant, ces multiples engagements n'avaient pas évité au géant de la vente en ligne d'être la cible privilégiée de contestations lors du Black Friday, journée devenue symbole de la surconsommation, ni les 300 salariés du groupe Amazon Employees for Climate Justice (AECJ), de critiquer ouvertement, le 27 janvier dernier, la politique environnementale de leur entreprise. Et d'être rappelés à l'ordre par la direction. 

Ainsi, de nombreux observateurs, politiques et défenseurs de la cause climatiques voient dans cette dernière décision un nouvel acte de Greenwashing. 10 milliards de dollars sont-ils suffisants pour s'acheter une conscience ou sont-ils suffisants pour avoir un impact contre le changement climatique ? Tel est tout l'objet du débat.