MENU
Accueil
Jetez vos rasoirs : le poil serait LA tendance
Écouter le direct
Caroline Tompkins / Refinery29 for Getty Images
Caroline Tompkins / Refinery29 for Getty Images ©Getty

Jetez vos rasoirs : le poil serait LA tendance

Une enquête sur les pratiques dépilatoires et le poids des injonctions liées à l’épilation a été réalisée par l'IFOP pour le site Charles.co. La tendance est à l’acceptation de son corps au naturel et c'est une bonne nouvelle.

En 2020, le poil fait son grand retour, comme le révèle une enquête réalisée du 18 au 21 décembre 2020 et du 19 au 20 janvier 2021, auprès d’un panel de 2 027 personnes, représentatif de la population française, âgée de 18 ans et plus a été menée par l'IFOP à la demande de Charles.co, une plateforme de santé dédiée aux hommes. 

Après avoir été longtemps synonyme d'un certain "laisser-aller" ou d'un manque d'hygiène, il revient dans la tendance et veut s'afficher ! Le confinement s'est offert à lui comme un tremplin inespéré. Même si l’épilation n’est plus l’apanage des femmes puisque, de plus en plus d’hommes s’y mettent également par esthétisme ou hygiène personnelle, le poil a toujours été (et c'est encore le cas) à la racine de nombreux diktats de beauté féminine comme l'explique François Kraus, directeur du pôle Politique/Actualité à l’Ifop au Parisien :

Nos travaux mettent en avant un recul sans précédent de ces pratiques (dépilatoires) en France même si la pression à la dépilation pèse toujours beaucoup plus sur les corps féminins que masculins.

La tendance est à l’acceptation de son corps au naturel... Enfin presque..

Les possibilités sont vastes : crème dépilatoire, épilateur électrique, cire froide ou chaude, épilation en institut... Et pourtant, depuis le premier confinement (17 mars - 11 mai), une Française sur dix (18%) affirme s’épiler moins qu’avant le premier confinement. 

Le nombre de femmes ne s’épilant pas du tout le pubis a doublé en huit ans (28 % en 2021 contre 15 % en 2013).

De nouvelles pratiques corporelles ont pu être expérimentées, le "No shave" s'inscrit aussi dans le tendance au même titre que le "No make-up" (pas de maquillage) ou le "No-bra" (pas de soutien-gorge) . François Kraus analyse cette tendance :

Il n’y avait plus le regard d’autrui. Or, c'est lui qui détermine fortement la gestion de son apparence corporelle (...) Et ces nouvelles habitudes perdurent.

Parallèlement à ce désamour du sans poil, une tendance opposée s'accentue, celle de l'épilation intégrale qui gagne du terrain. L’épilation intégrale progresse de manière continue chez les femmes car "elles restent soumises à une pression à la dépilation".

Un hashtag apparu sur les réseaux à la rentrée 2020 : #jegardemespoils avait suscité de très nombreuses réactions, beaucoup de femmes s'étaient fait lyncher sur les réseaux pour avoir exhibé leurs poils. Des réactions qui posent la question du poids du poil sur le corps féminin, et si le poil n'était pas avant tout politique.... ?