MENU
Accueil
La mairie de Paris va proposer un confinement de 3 semaines
Écouter le direct
Paris - pendant le premier confinement, avril 2020 (Clara Pauthier)
Paris - pendant le premier confinement, avril 2020 (Clara Pauthier) ©AFP

La mairie de Paris va proposer un confinement de 3 semaines

Pour enrayer la pandémie de COVID-19, la mairie de Paris va proposer un confinement strict de 3 semaines, dans le but de supprimer presque toutes les restrictions ensuite.

C’est peut-être un mal pour un bien. Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la mairie de Paris, a annoncé le 25 février sur Franceinfo qu’un confinement de trois semaines allait être proposé ce week-end. L’objectif est de mettre un coup d’arrêt à la pandémie de COVID-19 dans la capitale, qui a été placée dans les départements en surveillance renforcée par le gouvernement. 

Confiner pour mieux rouvrir ?

Une fois passé ce confinement strict, qui pourrait prendre effet dès la semaine prochaine, la mairie espère "avoir la perspective dans trois semaines de tout rouvrir", y compris les restaurants, les bars, les musées et les salles de concert, selon Emmanuel Grégoire. Cela permettrait aussi d’éviter un confinement uniquement le week-end, qui est "très contraignant sur le plan de l'impact sociétal et assez peu efficace sur le plan sanitaire" d’après l’adjoint d’Anne Hidalgo.

Le télétravail serait dont généralisé à Paris, dans un confinement qui pourrait ressembler à celui du printemps 2020, avec une fermeture des écoles. C’est en tout cas ce qu’a suggéré Anne Souyris, une adjointe à la mairie de Paris, sur BFMTV. À l’heure qu’il est, aucun détail supplémentaire n’a été donné sur la nature du confinement.

Les critiques de l'opposition

Cette annonce n’a pas été bien reçue par l’opposition, qui dénonce une mesure inefficace voire même un coup politique en vue des élections présidentielles. "Je ne vois pas comment cela pourrait fonctionner dans une région avec autant de mouvements entre les départements, notamment pour travailler, de confiner l'un et pas les autres" s’offusque Alexandra Dublanche, la vice-présidente chargée du Développement économique à la région Île-de-France. 

La proposition de la mairie va être faite à l’Agence régionale de santé et au préfet de police de Paris dans le week-end. Ensuite, les parisiens devront attendre encore quelques jours avant de connaitre leur sort.