MENU
Accueil
Chine : une sonnerie de téléphone spéciale pour les mauvais payeurs
Écouter le direct
Un chinois au téléphone.
Un chinois au téléphone. ©Getty

Chine : une sonnerie de téléphone spéciale pour les mauvais payeurs

Le dispositif est déjà testé dans certaines régions de l'Empire. Le procédé est très simple : si vous appelez une personne endettée, vous en serez avertis par un message vocal.

La Chine continue d'étendre son système - très controversé - de «crédit social» qui consiste a évaluer ses concitoyens en permanence. Le gouvernement penche sur ce projet depuis 2014 et a décidé d’accélérer les manœuvres en s'attaquant cette fois aux «Laolai», autrement dit « les mauvais payeurs» qui peinent à rembourser leurs crédits. A terme, la Chine ambitionne de scinder sa population en deux entre "les bons" et "les mauvais". Ceux qui feraient partie de la seconde catégorie se verront pénaliser de différente manière dans leur quotidien. A titre d'exemple, selon le rapport du Centre national d’information sur le crédit, la Chine a empêché l’année dernière 17,5 millions d’achats de billets d’avion et 5,5 millions d’achats de billets de train pour ses citoyens devenus persona non grata.

La Chine se paie la dignité des mauvais payeurs

La personne que vous être en train d’appeler a été placée sur une liste noire par le tribunal du comté de Guanyun. Veuillez s’il vous plaît exhorter cette personne à remplir ses obligations légales.

Les entreprises de télécommunication s'allient aux tribunaux pour permettre de déployer ce dispositif. C'est déjà le cas dans le comté de Guanyun. Pour illustrer, cela fonctionne comme lorsque vous appelez une administration, un serveur vocal intercepte votre appel en remplacement du traditionnel "bip bip". Un message est ensuite diffusé pour que vous encouragiez cette personne à s'acquitter de ses dettes :  «La personne que vous être en train d’appeler a été placée sur une liste noire par le tribunal du comté de Guanyun. Veuillez s’il vous plaît exhorter cette personne à remplir ses obligations légales. Les employés du tribunal apprécient votre soutien. Merci !» Toutefois, l'humiliation ne s'arrête pas du tout à ça et va beaucoup plus loin. La Cour suprême de la Chine a mis en ligne une base de données qui recense tous les citoyens endettés du pays. Une fiche personnalisée est consultable où l'on retrouve des informations essentielles telles que les noms complets, numéros d’identification, âge, ville d’origine et... même les détails de la dette ! Ce sont 13 millions de mauvais payeurs qui en paient les conséquences. Les règles et l'avancé de la répression fluctue en fonction des régions. Une province chinoise est allée jusqu'à développer une application mobile qui géolocalise dans un périmètre de 500 mètres les citoyens endettés autour de soi. 

Politique de lutte contre la corruption et la fraude fiscale

Lorsque Xi Jinping a pris le pouvoir en 2012, il a fait de la lutte contre la corruption et la fraude fiscale l’une de ses priorités absolues. La politique est assez claire et rigide, il s'agit de "name and shame" ("nommer et humilier"), et cela peut aller jusqu'à afficher les visages des concernés dans des salles de cinéma. Il y a un moyen de sortir du dispositif, simple et complexe à la fois... Il suffit de payer. L’opérateur de télécommunication et le tribunal local pourront ainsi décider de lever la sanction. L'administration est très satisfaite des premiers résultats, puisque ce système d'humiliation publique a permis à 3,5 millions de citoyens et/ou d’entreprises de rembourser des dettes. Fallait-il réellement en arriver là pour obtenir ce résultat ?

L'info Mouv' en + : La Chine espère pérenniser ce modèle dans tout le pays dès 2020.