MENU
Accueil
L214 dénonce le manque de contrôles dans les abattoirs
Écouter le direct
Manifestation de l'association L214 dans les rues de Paris en juin 2017 (Owen Franken)
Manifestation de l'association L214 dans les rues de Paris en juin 2017 (Owen Franken) ©Getty

L214 dénonce le manque de contrôles dans les abattoirs

Dans une nouvelle vidéo, L214 dénonce le manque de contrôles vétérinaires dans les abattoirs. Pour parvenir à ce constat, un enquêteur de l’association s’est fait embaucher dans un établissement de la marque Bigard, qui vend notamment la viande Charal.

Pendant quatre mois passés dans un établissement de Cuiseaux, en Saône-et-Loire, Thomas Saïdi (enquêteur de l’association L214) a remarqué de nombreux manques et abus. Premièrement : le jeune homme a réussi à se faire embaucher comme contrôleur au service vétérinaire d’un abattoir… alors qu’il n’avait aucun diplôme spécifique. Il avait pour seule expérience une activité de deux ans comme « accrocheur de volailles » dans un autre établissement. 

L’association dénonce également « de nombreuses infractions à la réglementation », que ce soit pour la viande de consommation ou halal. Par exemple, des bêtes sont abattues enceintes, ce qui est illégal. De plus, les veaux sont vidés de leur sang, qui sera ensuite commercialisé aux laboratoires pharmaceutiques. Des « souffrances aigües et pourtant évitables aux animaux », résume L214 dans la vidéo (attention : images très choquantes). 

L’association soulève aussi un autre problème : le manque de personnel. Extrait d’une conversation avec le vétérinaire en chef : « Vu le taff qu'on a et les conditions dans lesquelles on travaille, c'est compliqué [...] On était 24 puis Sarkozy est arrivé, on est devenu 21. L'année suivante 20, puis 18, et aujourd'hui ils disent que c'est 15 qu'il faut qu'on soit. [...] Il n'y a pas assez de personnel. C'est vrai que si on doit suivre le règlement, il faut qu'on regarde tous les animaux au moment de l'abattage, mais c'est pas ce qu'on fait dans la réalité.» 

Le groupe Bigard vend notamment la viande Bigard, Charal et Socopa. Il est aussi leader européen de la viande avec près de 5 milliards de chiffre d’affaires. Contactée par l'Agence France Presse, l'entreprise n’a pas souhaité faire de commentaires.