MENU
Accueil
L’actrice Alice Belaïdi accuse Pierre Ménès de propos sexistes et racistes
Écouter le direct
Alice Belaïdi a confié au micro d'Europe 1 avoir été victime d'insultes racistes et sexistes de la part de Pierre Ménès. (capture d'écran Europe 1)
Alice Belaïdi a confié au micro d'Europe 1 avoir été victime d'insultes racistes et sexistes de la part de Pierre Ménès. (capture d'écran Europe 1)

L’actrice Alice Belaïdi accuse Pierre Ménès de propos sexistes et racistes

Invitée d'Europe 1, Alice Belaïdi a révélé avoir été la cible de propos sexistes et racistes de la part de Pierre Ménès. Un témoignage qui s'ajoute au documentaire "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste" qui accusait déjà le journaliste d'agressions sexuelles.

Les révélations sur Pierre Ménès se succèdent. Dans le documentaire Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, diffusé le 21 mars dernier sur Canal+, le chroniqueur du Canal Football Club est accusé d’agressions sexuelles sur les journalistes sportives Marie Portolano et Isabelle Moreau. Par la suite, un extrait de l’émission Touche pas à mon sport animée par Estelle Denis a refait surface sur les réseaux sociaux. On y voit l’ancien journaliste de L’Équipe embrasser de force sa collègue Francesca Antoniotti sur le plateau de l’émission, en plein direct. Mais les accusations ne s’arrêtent pas là.

Les révélations d'Alice Belaïdi

Un nouveau témoignage s'ajoute à cette vague d’indignation contre Pierre Ménès. Invitée média d’Europe 1 le 5 avril pour faire la promotion de la deuxième saison de la série Hippocrate diffusée sur Canal+, l’actrice Alice Belaïdi a révélé qu’elle avait, elle aussi, été la cible de la tête de gondole du CFC. Face à Philippe Vandel, elle confie avoir été victime de propos sexistes et racistes de la part du journaliste. 

Moi aussi j'ai été victime de propos comme 'Sale bougnoule', ou 'Salope' de la part de Pierre Ménès. Donc je me dis qu'heureusement la parole est libérée et maintenant ces gens-là tombent parce que ça suffit.

Elle explique ensuite qu’elle n’a pas hésité à lui répondre "du tac au tac". "Je me suis mise à son niveau et je lui ai demandé s'il ne traînait qu'avec des gens gros puisque moi j'étais arabe mais je ne traînais pas qu'avec des arabes. J'ai joué la grossophobie basique et il a très mal pris que j'ai de la répartie". Alice Belaïdi poursuit et félicite le fait que la parole se libère. "C’est important d’en parler" dit-elle. L’actrice a tenu également à exprimer son soutien aux femmes qui "osent enfin prendre le micro pour parler de tout ça, parce que c'était indispensable".

Pierre Ménès a lui été mis à pied jusqu’à nouvel ordre par le groupe Canal+ après les révélations du documentaire de Marie Portolano.