MENU
Accueil
Justin Bieber répond à la polémique concernant les samples de Martin Luther King
Écouter le direct
Justin Bieber lors de la première de son documentaire "Justin Bieber: Seasons" à Los Angeles, janvier 2020. (photo : Axelle/Bauer-Griffin)
Justin Bieber lors de la première de son documentaire "Justin Bieber: Seasons" à Los Angeles, janvier 2020. (photo : Axelle/Bauer-Griffin) ©Getty

Justin Bieber répond à la polémique concernant les samples de Martin Luther King

Malgré des chiffres impressionnants depuis la sortie de "Justice", Justin Bieber fait face à plusieurs polémiques concernant son album.

Depuis la fin du mois de mars, Justin Bieber est revenu sur le devant de la scène musicale. L’ancien idole des adolescents a sorti Justice, son septième album, le 19 mars et le démarrage est historique. Il devient le premier artiste masculin a placé un single, Peaches, et un album à la première place du Billboard. Justice a même enregistré plus d’un milliard d’écoutes sur Spotify. Mais avec le succès sont venues les polémiques.

Plagiat et appropriation culturelle

La première est une affaire de plagiat. Le duo électro français Justice a estimé que le design du mot "Justice" sur la plaquette de l’album est très similaire à celui de leur identité visuelle. Ça coince notamment sur la lettre "T" remplacée par une croix, un de leur symbole. 

Le second accroc s’est dévoilé dès la sortie du projet. Dans un album de 16 titres, deux contiennent des extraits de discours de Martin Luther King. 2 Much, le premier son, s’ouvre sur une phrase du pasteur américain : "Injustice anywhere is a threat to justice everywhere". Jusqu’ici pas de problème, sauf quand le morceau est en fait une célébration de l’amour que porte Bieber à sa femme, Hailey. L’autre remarque concerne MLK interlude, un extrait sonore du sermon de King "But if not", prononcé à Atlanta en 1967, quelques mois avant sa mort. Le discours est incorporé en plein de milieu de l’album entre le morceau Unstable, dans lequel le chanteur évoque ses questionnements internes, et Die For You, une nouvelle déclaration d’amour pour sa bien-aimée. 

Beaucoup d’internautes et de militants reprochent de fait au chanteur de Baby de s’approprier les combats historiques des afro-Américains à des fins commerciales après une année marquée par les morts de George Floyd et de Breonna Taylor, et par les combats du mouvement Black Lives Matter. Ce à quoi Justin Bieber répond qu’il souhaite tout simplement être un artiste plus engagé.

Un album pour sensibiliser et éveiller les consciences

Dans une interview accordée le 30 mars à 8 000 de ses fans sur le réseaux Clubhouse, Bieber s’explique sur la polémique. "Étant Canadien, ils ne nous ont pas appris l’histoire des noirs. Ça ne faisait pas partie de notre programme scolaire". Le chanteur poursuit en expliquant qu’il n’a jamais été sensibilisé aux combats de la communauté noire américaine. Il dit même avoir déjà fait des "blagues déplacées" étant plus jeune. "C’est comme ça que l’on devient une partie du problème" poursuit-il. Finalement, le fait d’avoir utilisé des extraits de discours de Martin Luther King était, selon lui, un moyen de faire de son album "une plateforme" pour partager des "_moments bruts de son comba_t" et éveiller les consciences.  

Quelques semaines déjà avant la sortie de son album, la star canadienne écrivait sur Twitter qu’il "ne peut pas empêcher toutes les injustices" mais qu’avec Justice il voulait "faire sa part". Il dit aussi vouloir "continuer la conversation sur les formes de l’injustice pour continuer à soigner la société."

La fille de Martin Luther King apprécie le soutien

La veille de la sortie de son album, Justin Bieber annonce sur Twitter faire une donation à plusieurs organisations "qui incarnent la justice en action" dont l’association King Center, dirigée par la fille du leader des droits civiques. Une initiative qui a ravi Bernice King : "Tout le monde peut faire quelque chose. Merci Justin Bieber pour votre soutien."