MENU
Accueil
Kim Kardashian et plusieurs stars appellent au boycott de Facebook et Instagram
Écouter le direct
Kim Kardashian - défilé Louis Vuitton à Paris (Chesnot)
Kim Kardashian - défilé Louis Vuitton à Paris (Chesnot) ©Getty

Kim Kardashian et plusieurs stars appellent au boycott de Facebook et Instagram

Ce mercredi 16 septembre, des célébrités ont décidé de désactiver leurs comptes Instagram et Facebook pendant 24h. La raison ? Protester contre la politique de restriction des contenus haineux et racistes qu’ils jugent insuffisante.

Kim Kardashian, Leonardo Di Caprio, Jennifer Lawrence, Sacha Baron Cohen, Katy Perry, Orlando Bloom, Naomi Campbell… la liste est longue. Toutes ces personnalités ont répondu à l’appel d’un collectif de neuf associations qui reproche à Facebook, la maison mère d’Instagram, de jouer un rôle dans "l’incitation à la violence, la diffusion du racisme, de la haine, et de contribuer à la désinformation relative au processus électoral."

« Je ne peux pas rester silencieuse alors que ces plateformes continuent à permettre la diffusion de la haine, de la propagande et de la désinformation », a twitté Kim Kardashian

La femme de Kanye West, l'une des personnalités les plus suivies au monde sur Instagram (189 millions d'abonnés) va également “geler” sa page Facebook durant toute une journée.

Depuis plusieurs années, Facebook reçoit des critiques régulières sur le rôle qu’il joue sur la désinformation de la population, ou tout du moins sur la portée réelle de ses actions contre les fake news. Cela fut notamment le cas pendant la présidentielle américaine de 2016, les élections européennes de 2017 ou pendant la crise sanitaire de 2020. 

Le collectif d’associations à l’origine de cette action du 16 septembre avait déjà organisé un boycott similaire en juillet dernier. La campagne, connue sous le nom #StopHateForProfit, consistait à appeler les annonceurs à boycotter Facebook en arrêtant d’y acheter des d’espaces publicitaires. 

Début juillet, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, avait rencontré le collectif et avait mis en place une seule des dix mesures soulevées par ce dernier, à savoir la nomination d'un dirigeant de haut rang avec une expérience du mouvement pour les droits civiques.

Le mois suivant, Facebook a déclaré avoir supprimé quelque 790 comptes liés au mouvement QAnon, théorie complotiste pro-Trump. Et il y a quelques jours, la plateforme a également annoncé un durcissement de ses règles en matière de publicité politique.

Insuffisant selon le collectif, qui a donc lancé ce second boycott. Il demande à Facebook d'augmenter les moyens alloués à la lutte contre les contenus haineux ou de retirer les fausses informations liées à l'élection présidentielle américaine.