MENU
Accueil
Lomepal s'engage aux côtés de personnalités pour sauver l'hôpital public
Écouter le direct
Lomepal sur la scène de WeLoveGreen à Vincennes le 2 juin 2018
Lomepal sur la scène de WeLoveGreen à Vincennes le 2 juin 2018 ©Getty

Lomepal s'engage aux côtés de personnalités pour sauver l'hôpital public

Plus de six mois après le début de l’immense grève qui touche le milieu des urgences, le rappeur figue parmi les 108 célébrités qui interpellent le président de la République.

Actrices, réalisateurs, romancières, humoristes… et donc rappeur ! Lomepal fait partie des 108 signataires de la lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron parue ce mercredi 2 octobre dans les pages du Parisien, lui réclamant urgemment des moyens pour sauver l’hôpital public. Ces célébrités mettent une fois de plus en lumière les carences rencontrées dans les hôpitaux et insistent sur les « drames qui se produisent, touchant toutes les catégories professionnelles de l’hôpital mais également les patients. Ces pertes de chance liées au manque de moyens sont inacceptables. On ne peut plus, vous ne pouvez plus attendre de nouveaux drames pour mettre en œuvre un plan d’urgence pour sauver l’hôpital public » peut-on lire dans cette lettre. Ils mettent trois points en avant : Ouverture de lits, hausse des salaires, embauche de personnels. 

Lomepal et la santé

Tous ces signataires ont une particularité : ils ont tous connu des séjours à l’hôpital ou ont été confrontés à celui-ci. Lomepal n’est pas une exception. On le sait, le rappeur du 13ème arrondissement de Paris a toujours été loquace lorsqu’il s’agissait de la santé de sa famille. Son deuxième album Jeanine sorti en décembre 2018, portait d’ailleurs le nom de sa grand-mère atteinte de schizophrénie. Dans une interview accordée à Deezer au début de l’année, Lomepal disait ceci au sujet de sa grand-mère : « elle pensait qu'elle était envoyée par Dieu pour sauver le monde. Elle voulait faire un avec les trois grandes religions et faisait un mix de leurs mots magiques ». Concernant sa santé personnelle, l’artiste de 27 ans, reconnaît lui-même avoir été victime de troubles dans son enfance : « j'avais des crises d'angoisse assez spéciales. J'ai su après que ça s'appelait la "déréalité" : tout devenait noir. Le son, je l'entendais plus très bien... Les effets physiques sont très forts, ils ressemblent à des effets de drogues, vraiment » expliquait-il à Deezer. 

Mais le rapport à la santé ne s’arrête pas là chez Lomepal. En 2017, en pleine promotion de la réédition de son premier album Flip, il partage le clip du morceau Club où l’on peut voir le rappeur chanter dans un hôpital psychiatrique face à des patients et médecins complètement dépassés par les événements. Cet été, il apparaissait également comme figure de soutien pour la campagne #treatment4all à l’initiative de Solidarité Sida. Finalement, le nom du rappeur dans cette lettre est tout sauf anecdotique. 

Lomepal pour la campagne #treatment4all de Solidarité Sida
Lomepal pour la campagne #treatment4all de Solidarité Sida