MENU
Accueil
Gérald Darmanin réclame la fermeture du compte Instagram du collectif "les Dalton"
Écouter le direct
Les Dalton - Instagram
Les Dalton - Instagram

Gérald Darmanin réclame la fermeture du compte Instagram du collectif "les Dalton"

Gérald Darmanin souhaite fermer les réseaux du collectif "les Dalton".

Invité sur CNews ce lundi 15 novembre, le Ministre de l'Intérieur a exprimé sa colère envers le collectif Les Dalton, dont il souhaite supprimer les réseaux sociaux.

Les rappeurs auront réussi leur pari : faire parler d'eux. Les Dalton, à l'origine de rodéos urbains à Lyon, sont la cible de Gérald Darmanin. Celui-ci a en effet annoncé avoir demandé la fermeture de leur compte Instagram, sur lequel les membres du collectif font un pied de nez à l'autorité du gouvernement avec des vidéos où ils réalisent des rodéos urbains, à grands renforts d'acrobaties et d'armes en tout genres.

Gérald Darmanin va "commencer à se fâcher"

Le collectif de rappeurs à moto, très populaire sur les réseaux, multiplie ainsi les provocations, allant jusqu'à réclamer un featuring avec la chanteuse Angèle en échange de l'arrêt de leurs méfaits. Si plusieurs membres sont actuellement ciblés par des plaintes ou derrière les barreaux, le collectif reste fort, et il agace jusque très haut.

Ainsi, le Ministère de l'Intérieur annonce : il va "commencer à se fâcher", devant l'inaction du groupe Meta (ex-Facebook), qui n'a pas encore supprimé le compte des Dalton. Selon les propos du Ministre, plusieurs signalements ont déjà été faits auprès de Pharos, la plateforme chargée de lutter contre les contenus illicites sur le web, en vain (pour l'instant).

Une "totale impunité"?

Cette prise de partie de Gérald Darmanin s'inscrit dans une volonté du Ministre de l'Intérieur d'afficher haut et fort son combat contre la délinquance. Valérie Pécresse venait également d'exprimer sur BFM son sentiment de "totale impunité" régnant en France, prenant pour exemple le collectif, qui a même été invité par Cyril Hanouna.

Quant aux Dalton, ceux-ci semblent paisibles :"c'est pour faire parler de nous, on aime ça, c'est le jeu du chat et de la souris avec les policiers", ont-ils ainsi expliqué à l'AFP, ajoutant "__on connaît la prison, ça ne fait peur à aucun Dalton". Le collectif se défend d'ailleurs de vouloir effrayer la population, reconnaissant qu'ils s'y "sont mal pris". Cependant, si on leur retire leur principal moyen d'expression et de médiation, les rappeurs risquent d'être pris de court.

Il faudra donc un épilogue pour conclure cette histoire : les Dalton vont-ils continuer leur rodéo urbain, ou Darmanin va-t-il réussir à essouffler le collectif ? En tout cas, les rappeurs ne perdent rien pour attendre, et s'amusent déjà des propos du Ministre dans un post Instagram.