MENU
Accueil
Les premiers mots de Gabriel 14 ans, blessé au visage après une interpellation à Bondy
Écouter le direct
Capture d'écran vidéo David Perrotin
Capture d'écran vidéo David Perrotin

Les premiers mots de Gabriel 14 ans, blessé au visage après une interpellation à Bondy

Dans la nuit du 25 au 26 mai, l'adolescent s'est fait interpeller par la police alors qu'il tentait de voler un scooter. Il a été grièvement blessé au visage et a dû se faire opérer.

Pour la première fois depuis son arrestation qui a causé ses blessures, le jeune Gabriel s'est exprimé lors d'une interview donnée à Loopsider. Il raconte les événements de la nuit du 25 au 26 mai qui l'ont conduit à l'hôpital et son ressenti sur le sujet.

"J'avais peur. Ils couraient et m'insultaient."

Cette nuit-là, il la raconte non sans peine. Le souvenir semble très douloureux pour Gabriel qui ne peut retenir ses larmes à la fin de son récit, voix tremblante. Il raconte alors que ce soir-là, il a décidé d'aller voler un scooter avec un ami à lui. Ils ont ensuite pris deux routes différentes pour s'enfuir, et c'est sur la sienne que Gabriel a vu des policiers. "Quand je les ai vus, j'ai commencé à courir__" explique-t-il, ajoutant"j'avais peur. Ils couraient et m'insultaient." Une fois arrêté, les agents de police ont plaqué Gabriel au sol, lui ont mis les menottes. Le garçon de 14 ans raconte qu'un policier lui a mis les genoux sur son dos, pour le maintenir au sol, pendant qu'une femme lui tenait les pieds et qu'un autre policier lui donnait "trois ou quatre" coups de pieds. 

"Je n'arrive pas à croire qu'ils mentent" 

Des suites de cette arrestation, Gabriel est conduit au commissariat de Bobigny, où son état se révèle inquiétant. Son visage est en sang. Le garçon se met à vomir, à avoir de violents maux de tête. Il y reste "40-45 minutes" révèle-t-il, avant d'être amené dehors et que les pompiers viennent les chercher. Il explique que lorsque les pompiers lui ont demandé comment il s'était fait ça, le policier lui ayant donné les coups de pied a répondu à sa place qu'il était tombé seul. Ce que Gabriel a instantanément démenti. "Je n'arrive pas à croire qu'ils mentent" déplore-t-il.

Opéré le 4 juin dernier, Gabriel a eu quatre dents cassées, ainsi qu'une fracture maxillaire remontant sous son oeil gauche. Terrorisé par ce qui lui est arrivé, il confie que tout ce qu'il veut c'est être chez lui, ne plus croiser de policier et "ne jamais sortir dehors."

La famille de Gabriel a déposé plainte dans un premier temps auprès de l'IGPN, puis auprès du Parquet de Bobigny pour "violences aggravées en réunion par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur mineur de moins de 15 ans" relate L'Express. 

Les policiers, eux, expliquent que le garçon est tombé seul, et qu'un agent a trébuché sur lui pour justifier ses blessures.

Cette affaire intervient alors que la confiance des citoyens aux États-Unis comme en France envers la police est mise à rude épreuve. Des témoignages de racisme au coeur de la police font surface et le meurtre de George Floyd a ravivé certaines colères.