MENU
Accueil
Freeze Corleone accusé d'antisémitisme par la LICRA et Gérald Darmanin
Écouter le direct
Gérald Darmanin - cérémonie de passation (Antoine Gyori) + Freeze Corleone - capture clip
Gérald Darmanin - cérémonie de passation (Antoine Gyori) + Freeze Corleone - capture clip ©Getty

Freeze Corleone accusé d'antisémitisme par la LICRA et Gérald Darmanin

La LICRA et Gérald Darmanin attaquent le rappeur Freeze Corleone.

Le rappeur Freeze Corleone qui a sorti son album La Menace Fantôme le 11 septembre dernier et qui connait un gros succès, a été attaqué par la LICRA et le Ministre de l'Intérieur pour antisémitisme et complotisme.

En effet, ce mercredi 16 septembre la LICRA accuse Freeze de "faire business de son obsession des juifs" et qualifie ses paroles "d'antisémitisme, complotisme, apologie d'Hitler, du IIIe Reich et du terroriste Mollah Omar, le tout via deux tweets. En plus, elle appelle les plateformes de streaming à supprimer les morceaux du rappeur.

Dans la foulée, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a réagi au tweet de la LICRA et a lui aussi décidé de s'attaquer au rappeur et d'étudier les possibilités d'une action judiciaire.

"Apologie du nazisme et antisémitisme... Ces propos sont inqualifiables__. À ma demande, le ministère de l’Intérieur étudie au plus vite les recours juridiques pour poursuivre leur auteur. D’ores et déjà, j’appelle Facebook et Twitter à ne pas diffuser ces immondices."

Shone, le manager de Freeze, a tenu à répondre et apporter quelques précisions pour défendre son artiste : 

"La victimisation n'est pas nécessaire, voyons"

L'affaire prenant maintenant une tournure judiciaire, nous attendons les explications du rappeur devant les tribunaux. 

Ouverture d'une enquête

Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête pour "provocation à la haine raciale" et "injure à caractère raciste" visant plusieurs clips et chansons du rappeur Freeze Corleone, a annoncé le procureur de la République Rémy Heitz dans un communiqué, selon les informations de l'AFP.

Le gouvernement avait annoncé plus tôt dans la journée avoir saisi la justice au sujet de plusieurs clips de ce rappeur jugés "antisémites" et "négationnistes", qui ont provoqué l'indignation de la majorité LREM.