MENU
Accueil
Franck Ribéry : "Qu'on me juge pour le foot, je fais ce que je veux de ma vie privée"
Écouter le direct
Franck Ribéry le 10 mars 2018 (Photo : Sebastian Widmann) ©Getty

Franck Ribéry : "Qu'on me juge pour le foot, je fais ce que je veux de ma vie privée"

Dans une interview accordée à l'Equipe, Franck Ribéry revient longuement sur sa carrière et les polémiques dont il a pu faire l'objet sans langue de bois. Il évoque aussi ses envies pour son après-carrière...

La polémique a débuté début janvier après qu'Audrey Pulvar se soit indignée sur les réseaux sociaux de l'entrecôte dorée de Franck Ribery alors que nombreux joueurs avant lui avait franchi le célèbre restaurant du chef turc Nusret Gökçe (Salt Bae). 

Ribery avait répondu via Instagram, ce qui lui avait valu une sanction du Bayern Munich pour son langage inapproprié. Il revient sur cet épisode avec beaucoup de recul : "Mais je fais ce que je veux dans ma vie privée. Qu’on me juge pour le foot ! Dès qu’on peut, on me cherche des poux dans la tête. [...] Beaucoup d’autres joueurs sont aussi allés manger chez lui. Et la même chose que moi. On n’en a jamais parlé… Mais pour moi, on fait tourner les vidéos. On ne parle que du steak de Ribéry ! Certains prennent un malin plaisir à me nuire".

Après sa carrière Ribery veut consacrer son temps aux jeunes en centre de formation

Le joueur du Bayern se veut bienveillant avec la nouvelle génération et apprécie tout particulièrement le rapport de sincérité couplé et de respect mutuel qu'il peut y avoir. Il se donne pour mission de les aider à réussir leurs apprentissages et leur faciliter l'accession aux succès pour leur future carrière de footballeur. Par ailleurs, il entretien une relation quasiment fraternelle avec le joueur autrichien du Bayern Munich, David Alaba.

"J’ai déjà aidé beaucoup de jeunes au club, comme David Alaba (26 ans désormais). Je l’ai pris sous mon aile quand il avait quinze, seize ans. J’allais le chercher au centre de formation. Je l’emmenais manger. Je l’ai aidé dans sa vie de tous les jours. Je l’ai conseillé. Quand il voyait que j’avais une belle montre ou une belle voiture, il avait envie. Mais je lui disais de travailler, de jouer et de se battre pour les avoir."

Le joueur de 35 ans veut transmettre toute son expérience et le goût du travail acharné : "Moi, j’ai tout gagné à la sueur. Je n’ai rien pris à personne. Je suis allé chercher tout ce que j’ai. On ne reste pas titulaire pendant douze ans au Bayern si on n’est pas sérieux et travailleur."