MENU
Accueil
Elon Musk rachète Twitter pour 44 milliards de dollars et prône "la liberté d'expression"
Écouter le direct
Elon Musk (photo : Patrick Pleul)
Elon Musk (photo : Patrick Pleul) ©Getty

Elon Musk rachète Twitter pour 44 milliards de dollars et prône "la liberté d'expression"

Twitter se fait racheter par Elon Musk pour plusieurs milliards de dollars.

Elon Musk, l'homme le plus riche du monde, vient officiellement de passer un accord pour racheter Twitter pour 44 milliards de dollars. Un rachat important qui signe le début d'une nouvelle ère pour le réseau social à l'oiseau bleu puisque le patron de Tesla et SpaceX prévoit de gros changements.

La défense de la liberté d'expression ?

Alors qu'il avait annoncé il y a quelques semaines, convoiter le fameux réseau social (faisant une offre à la firme à laquelle le conseil s'était d'abord opposé), voilà qu'Elon Musk est finalement arrivé à ses fins, devenant officiellement, ce lundi 25 avril, son heureux propriétaire en prenant la main sur l'intégralité de ses actions.

Mais cette opération a de quoi être vivement critiquée puisque les intentions du milliardaires pour le réseau social sont pour le moins claires : faire valoir la liberté d'expression. En effet, dans sa première offre publique d'achat, le milliardaire avait déjà indiqué "Je crois que l'entreprise peut devenir la plateforme pour la liberté d'expression dans le monde et je crois que la liberté d'expression est indispensable pour une démocratie qui fonctionne". Propos qu'il a réitéré dans le communiqué officiel sur Twitter "La liberté d'expression est le socle d'une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où les sujets vitaux pour le futur de l'humanité sont débattus".

Et alors que Twitter s'engageait depuis quelques années déjà dans un travail de modération et de censure importants pour limiter l'homophobie, le racisme, la mysoginie et autres excès, le nouveau patron compte bien assouplir ce système "J'espère que même mes pires critiques resteront sur Twitter, c'est ce que signifie la liberté d'expression".

Connu pour ses prises de positions toujours assumées, celui qui n'hésite jamais a troller sur son propre compte, fort de 83 millions d'abonnés, ira plus loin en souhaitant également le retour des personnes bannies de la plateforme, considérant que le bannissement permanent de ceux qui enfraignent les règle n'est pas la solution.

Des changements donc controversés qui pourraient bien laisser libre court à la circulation de la haine sur Twitter, une plateforme déjà bien connue pour ce problème.