MENU
Accueil
Elle s’offre un sac de 16 000 euros, les douanes le détruisent
Écouter le direct
Sac en peau d'alligator d'une marque de luxe
Sac en peau d'alligator d'une marque de luxe ©AFP

Elle s’offre un sac de 16 000 euros, les douanes le détruisent

Acheté dans une boutique de luxe en France, le sac a été confisqué à l’aéroport de Perth en Australie.

Aux yeux des autorités australiennes, ce sac en peau d’alligator de la marque Yves Saint Laurent aurait pu provenir d’un trafic illégal d’animaux sauvages. En effet, l’Australie fait partie des 182 pays signataires de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), tout comme la France. Cela signifie que chaque particulier souhaitant se procurer un spécimen des espèces couvertes par la CITES devra en être autorisé en se procurant des permis d’importation et d’exportation. Parmi les espèces couvertes par la convention se trouvent toutes celles menacées d'extinction et celles dont le commerce doit être réglementé pour éviter une exploitation incompatible avec leur survie.

Selon la législation australienne, l’acheteuse aurait dû payer 43 euros de plus pour obtenir un permis d’importation, comme elle l’avait pourtant fait pour le permis d’exportation depuis l’Europe.

Elle s’en sort finalement bien car, en Australie, le non-respect de cette réglementation peut entraîner jusqu’à dix ans de prison et plus de 135.000 euros d’amende. Une sanction bien plus sévère qu’en France où le non-respect de ces mesures de protection est puni de 3 ans d'emprisonnement et de 150 000 € d'amende.