MENU
Accueil
Des festivaliers bloqués sur une plage au Panama depuis le 17 mars
Écouter le direct
Playa Chiquita au Nord du Panama - Photo Facebook Tribal Gathering
Playa Chiquita au Nord du Panama - Photo Facebook Tribal Gathering

Des festivaliers bloqués sur une plage au Panama depuis le 17 mars

Le festival Tribal Gathering à débuté le 29 février à playa Chiquita, au nord du Panama. Les autorités ont déclaré l'état d'urgence en raison de l'épidémie et les festivaliers ont été mis en quarantaine, certains n'ont toujours pas été rapatriés chez eux.

Netflix est, peut-être, déjà sur le coup pour acheter les droits de cette histoire... La mésaventure de 300 festivaliers venus en paix pour fêter la vie et qui se retrouvent coincés au Panama. Le 29 février débute le festival Tribal Gathering qui se présente comme un "étonnant voyage musical indigène à travers le temps et l'espace". Un festival pluridisciplinaire où se mélangent des musiques spirituelles venues du monde entier avec des musiciens, des groupes et des artistes indigènes de nombreux pays, bref : "18 jours sur la plus belle plage des Caraïbes. 60 tribus du monde entier. Plus de 150 numéros de musique internationale avec cabaret, cirque et ateliers."

Le festival se déroule comme prévu jusqu'au 12 mars, 3 jours avant le jour de clôture. Ce jour là, les autorités panaméennes déclarent l'état d'urgence en raison de l'épidémie, tout le pays est bouclé et confiné. Les festivaliers sont contraints de rester enfermés sur le site jusqu'au 23 mars (seuls les ressortissants étant restés plus de 14 jours dans le pays pouvaient être rapatriés). Quelques-uns sont restés sur la plage, tandis que d'autres ont tenté de rallier Panama City (la capitale) pour tenter de prendre un vol, le site est alors verrouillé par l'armée et la police, les passeports de certaines personnes sont confisqués.  

L'ambiance change brusquement, un vent de panique souffle sur Chiquita... Certains ont pu réserver des vols au départ du Panama pour rentrer chez eux, mais la pénurie de vols et les difficultés de communications avec les ambassades ont pour conséquences qu'un nombre important de participants restent bloqués dans la ville ou sur le site jusqu'à nouvel ordre.

Un artiste de cirque britannique, qui a choisi de rester au camp, a déclaré à The Guardian : "L'ambassade britannique a envoyé un bus, mais ils n'ont fait qu'emmener les gens à l'aéroport. Il n'y avait pas de vols et ils les ont juste laissés là."

Tous les frais de transports jusqu'à la capitale, les vols et éventuellement les nuits d’hôtel sont à la charge des festivaliers, The Tribal Gathering est d'ailleurs financé par les participants, une cagnotte a été ouverte pour venir en aide aux derniers rescapés .

"Au début, c'était comme le paradis", a déclaré un participant à Vice dans son court documentaire réalisé sur place, "mais quand vous êtes enfermé, ce n'est plus le paradis".

Les vols internationaux ont été suspendus le 23 mars et cette mesure vient d'être reconduite pour une durée de 30 jours à partir du mercredi 22 avril. Selon The Guardian, 30 britanniques seraient encore sur place. 

Les organisateurs tentent d'aider les derniers festivaliers sur place à rentrer chez eux. Un post du 27 avril sur leur page Facebook :

"Nous travaillons avec diverses organisations pour tenter d'accélérer les chances de retour des participants par des vols humanitaires vers leurs pays d'origines, avant la réouverture de l'aéroport de Panama. Si vous connaissez quelqu'un de bloqué au Panama, veuillez nous envoyer un message avec votre nom, votre numéro de passeport, votre nationalité et le pays dans lequel vous souhaitez retourner. Malheureusement, le délai dont nous disposons est très court pour recueillir ces informations. Il est donc nécessaire de nous les envoyer dans les 4 heures qui suivent (heure du Panama)"

On ne sait pas exactement combien de personnes sont encore bloqués sur le site, les mesures de confinement prises par les autorités panaméenne sont très strictes.

"Le Panama compte 5300 cas de contamination au COVID-19 pour 154 décès, soit le bilan le plus lourd d'Amérique centrale."

Le confinement total est imposé jusqu'à nouvel ordre : les sorties sont autorisées selon l’horaire correspondant au dernier chiffre de votre numéro de passeport et selon votre sexe (mardi, jeudi et samedi pour les hommes, lundi, mercredi et vendredi pour les femmes). 

Il faudra surement attendre la fin du confinement pour que tous les festivaliers puissent rentrer chez eux, en attendant, le festival a ouvert sa billetterie pour son édition de 2021.