MENU
Accueil
#CYBERSINDY : la youtubeuse Sindy appelle à la révolte contre le cyberharcèlement
Écouter le direct
La vidéo de Sindy a fait réagir des milliers d'internautes.
La vidéo de Sindy a fait réagir des milliers d'internautes.

#CYBERSINDY : la youtubeuse Sindy appelle à la révolte contre le cyberharcèlement

Dimanche soir, Sindy a publié une vidéo sur Youtube pour dénoncer le harcèlement en ligne dont elle est victime depuis 2 ans. Quelques heures après le #cybersindy était en tendance sur Twitter. Elle raconte à Mouv’ sa démarche.

"Allo réveillez-vous ! Il va falloir combien de meufs mortes encore ? On va fermer les yeux jusqu’à quand ?", s'énerve Sindy. « Jusqu’à quand », c’est justement le nom de sa vidéo Youtube qui cumule plus de 150 000 vues. Un témoignage brut qui a fait réagir de nombreux internautes. Dans la foulée, des milliers de personnes se sont confiées sur les réseaux sociaux via le #cybersindy. 

"Moi j'ai 26 ans et je suis bien entourée quand je suis traitée de grosse pute par message mais la petite de 13 ans qui se fait harceler à l'école parce qu'elle est un peu grosse... Elle se mange de plein fouet les insultes. Elle est toute seule et elle a honte. Et c'est elle qu'il faut aider.. Je veux faire comprendre aux victimes qu'elles ne sont pas seules." ajoute-t-elle.

Pour Sindy et pour de nombreuses victimes, l’impunité des harceleurs en ligne a trop duré. "Je voudrais un Ministre de l’internet. En France, ce n’est pas normal qu’on ait une cybersécurité aussi éclatée au sol. Je voudrais rencontrer des politiques pour leur faire comprendre que moi et mes copains d’internet, on ne va pas lâcher. On va trouver des solutions pour enfermer ces gens-là, pour les faire payer pour de vrai. Car pour les harceleurs en ligne, c’est trop facile de s’en sortir. Il faut qu’on arrive à créer une brigade d’internet.", explique la chanteuse à Mouv'. 

La youtubeuse aux 400 000 abonnés dénonce aussi les démarches trop compliquées pour que les victimes soient protégées car "il faut prendre un screen de toutes les menaces et de toutes les dickpicks pour que ce soit pris au sérieux par la police. Il faut limite attendre que je me fasse agresser et c'est ça le problème", précise-t-elle. 

Un danger pour la santé mentale

A cause de ce cyberharcèlement, Sindy est sous anti-dépresseur et multiplie les crises d’angoisse. Elle reçoit des insultes, des menaces de viols ou encore de séquestration. Elle a également été victime d’un cambriolage il y a deux mois pendant qu’elle dormait nue dans son lit. La chanteuse vit désormais dans la peur de voir des nudes d’elle dévoilés sur les réseaux sociaux. Mais elle reste debout car la jeune femme croit au pouvoir d’internet pour mobiliser du monde contre le cyberharcèlement qui gangrène les réseaux sociaux. 

Avec plusieurs associations dont Nous Toutes, elle veut mettre en place une mobilisation dans la rue pour alerter les pouvoirs publics. Elle appelle toutes les victimes à se révolter.