MENU
Accueil
Covid-19 : la chicha favorise la propagation du virus selon Didier Raoult
Écouter le direct
Pour Didier Raoult, la chicha favoriserait la propagation du Covid-19. (Christophe SIMON)
Pour Didier Raoult, la chicha favoriserait la propagation du Covid-19. (Christophe SIMON) ©AFP

Covid-19 : la chicha favorise la propagation du virus selon Didier Raoult

"Je vous mets en garde très solennellement contre l’usage des chichas." Dans une vidéo publiée le 2 mars sur la chaîne YouTube de l’IHU de Marseille, le professeur Didier Raoult lance une alerte sur le risque élevé de propagation du virus due à l’utilisation de la chicha.

Dans sa vidéo, le professeur Raoult explique avoir trouvé un nouveau "modèle expérimental extraordinaire pour transmettre les maladies respiratoires." Il explique que c’est lors d’une discussion avec des "gens" que le thème de la chicha est venu sur la table. Le spécialiste en microbiologie s’est alors intéressé de plus près au rapport entre l’utilisation de la chicha et l’expansion du coronavirus en France.

Même si la consommation du narguilé ou de la chicha remonte à plusieurs siècles, Didier Raoult souligne l’accélération du phénomène ces dernières années. "Je crois qu'en France, au moins la moitié des jeunes ont déjà fumé au moins une fois la chicha" déclare le professeur basé à Marseille. Des chiffres confirmés par l’enquête Escapad publiée en 2018. "Je n’avais pas réalisé l’ampleur qu’avait pris la consommation de chicha dans nos pays d’Europe" s’étonne ensuite Raoult. 

De la consommation de la chicha par les jeunes à l’accélération de la pandémie de coronavirus en France, il n’y aurait qu’un pas. "Le départ de cette épidémie en juillet a été surtout chez les jeunes. C’est chez cette tranche d’âge, les 25-45 ans, qu’il y a eu une explosion du nombre de cas." Puis Didier Raoult ajoute : "Est-ce que c’est ce phénomène qui entrainé la hausse des contaminations ? Je ne sais pas…" Malgré cette fausse incertitude, le microbiologiste appelle à la responsabilité : 

Dans la situation actuelle, il ne faut pas partager les chichas.

Même si aucun rapport ni aucun chiffre produits par l’IHU de Marseille ne sont clairement avancés dans l’interview, le professeur dit avoir alerté le ministère de la Santé sur ses inquiétudes. Il annonce aussi que des travaux sur le sujet devraient être lancés rapidement.

Le lien entre Covid et chicha n’a jamais été établi

Selon un avis du Haut Conseil de la Santé publique publié en décembre, "il n’existe pas d’études scientifiques ayant spécifiquement démontré que la fumée et l’aérosol de cigarettes/cigares/pipes/chicha augmenteraient le risque de transmission du SARS-CoV-2 entre deux fumeurs ou un fumeur et un non-fumeur."

Interrogé par Le Parisien, Eric Billy, chercheur en immuno-oncologie et membre du collectif Du côté de la science, s’oppose aux conclusions de Didier Raoult. Pour lui, il n’y a "aucun lien de causalité" entre chicha et Covid-19. Il admet tout de même qu’"il a pu y avoir des cas de transmission par le partage de chicha, mais ça reste minime." 

Eric Billy estime également que l’utilisation de la chicha ne peut être considéré comme la source majeure du rebond de l’épidémie de coronavirus l’été dernier. Il est plus probable que d’autres facteurs en soit la cause : "La vie sociale des 20-29 ans, en plein été, c’est sortir en groupe, boire en groupe, être physiquement proches, avoir des flirts… Il y a forcément des échanges buccaux et des contaminations aéroportées par proximité physique" dans ces moments-.