MENU
Accueil
Covid 19 : bientôt un passeport vaccinal ?
Écouter le direct
Campagne de vaccination en Allemagne (Sina Schuldt)
Campagne de vaccination en Allemagne (Sina Schuldt) ©Getty

Covid 19 : bientôt un passeport vaccinal ?

Le vaccin contre le Coronavirus vient d'arriver en France, et le gouvernement voudrait peut-être le rendre "obligatoire" d'une certaine façon.

La campagne de vaccination pour lutter contre le Coronavirus a débutée dimanche dernier (27 décembre) en France. Si d'autres pays avaient déjà commencé la démarche depuis quelques semaines, l'Hexagone vient d'obtenir l'accord de mise sur le marché (AMM) pour le vaccin de Pfizer et BioNTech. C'est donc par ordre de priorités que le sérum sera injecté à la population à deux reprises, avec une promesse de 95% d'efficacité. 

La situation mondiale liée à la crise est dramatique, et ce vaccin redonne de l'espoir. Pourtant, ce dernier est "sur le marché" depuis peu et beaucoup sont septiques à l'idée de se faire vacciner. Pour que le plus de personnes possible participent quand même à la campagne malgré les réticences, dans le but que l'immunité soit maximale, le gouvernement a imaginé une solution plutôt radicale : créer un passeport vaccinal.

De quoi s'agit-il ? L'idée serait que ce passeport conditionnerait l'accès de la population aux lieux publics comme les restaurants, les cinémas ou encore les transports. Les non vaccinés pourraient bien se voir refuser l'accès à certains endroits ! Une mesure drastique. Selon nos confrères de La Dépêche, le gouvernement aurait déjà déposé un projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires le 21 décembre dernier. Le terme "passeport vaccinal" n'y apparaît pas, mais il est tout de même précisé dans un alinéa que le "Le Premier ministre peut subordonner les déplacements des personnes__, leur accès aux moyens de transport ou à certains lieux, ainsi que l'exercice de certaines activités à la présentation des résultats d'un test de dépistage établissant que la personne n'est pas affectée ou contaminée, au suivi d'un test préventif, y compris à l'administration d'un vaccin, ou d'un traitement curatif".

Olivier Véran, le ministre de la Santé, précise que le projet n'a pas encore été discuté au Parlement, mais que "les libertés de mouvement dans certaines situations pourraient être corrélées au fait d'être soi-même protégé". Certains valident le projet, d'autres y sont totalement opposés. Aujourd'hui, aucun vaccin n'est obligatoire dans le monde, et cette démarche reviendrait à ne pratiquement pas laisser le choix à la population de se le faire injecter...

Une affaire à suivre de près !