MENU
Accueil
Coronavirus : les salles de cinéma ne rouvriront pas avant le 7 janvier
Écouter le direct
Un cinéma de Montpellier fermé en pleine crise du coronavirus - (PASCAL GUYOT)
Un cinéma de Montpellier fermé en pleine crise du coronavirus - (PASCAL GUYOT) ©Radio France

Coronavirus : les salles de cinéma ne rouvriront pas avant le 7 janvier

En 2020, les fêtes de fin d'année ne rimeront pas avec ciné. Le gouvernement annonce le report de la réouverture des salles obscures, des théâtres et des musées. La situation sera reexaminée le 7 janvier prochain. En cause, le nombre des nouvelles contaminations au coronavirus qui ne ralenti plus.

Ils sont tombés de haut. Cela faisait des semaines que les acteurs du monde du cinéma travaillaient à la réouverture des salles obscures pour les fêtes de fin d'année mais le Premier ministre a annoncé ce jeudi 10 décembre que cela ne serait pas le cas tout de suite. Malgré une situation sanitaire "qui s'est améliorée ces dernières semaines (...) les conditions posées pour leur réouverture ne sont hélas pas réunies", a expliqué Jean Castex. La situation sera réévaluée le 7 janvier prochain. 

Cette décision provoque la colère des professionnels du secteur. Pour Richard Patry, le président de la Fédération nationale des cinémas français, "c'est incompréhensible." Il ajoute: "On est consternés, on ne peut pas se résoudre à comprendre pourquoi le gouvernement a pris une telle décision." Richard Patry affirme qu'il n'y a pas de contamination dans les lieux de spectacle. "Nous appliquons un protocole sanitaire strict, un double protocole sanitaire, le masque et la distanciation physique. C’est-à-dire que quand vous êtes assis dans un train, vous êtes bien moins en sécurité que quand vous êtes assis dans une salle de cinéma."

Les syndicats sont sur la même ligne. "Le spectacle, le cinéma, toute la culture est sacrifiée, on est complètement oubliés", s'est indigné sur franceinfo, Denis Gravouil, le secrétaire général de la CGT Spectacle.

Sur le réseau social Twitter, l'acteur Pierre Niney a également fait part de son incompréhension et a directement interpellé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot : "rien ne prouve que ces salles soient plus propagatrices du virus que tous les autres commerces de France. Selon toute logique (public silencieux+ masques+distances) elles comptent même parmi les plus sûres", assure l'acteur.

Au lendemain des annonces de Jean Castex, Roselyne Bachelot a qualifié cette décision de "crève-coeur", tout en justifiant cette mesure avec le nombre des contaminations qui représentent "le triple de ce que nous espérions pour pouvoir rouvrir". Ce jeudi 10 décembre, près de 14.000 nouveaux malades du coronavirus ont été détectés en France. 

La ministre affirme sur RMC qu'elle a également dit au Premier ministre qu'elle avait besoin de 35 millions d'euros d'aides supplémentaires pour ces trois semaines de fermeture supplémentaire. "Je sais que je les obtiendrai pour les cinémas, théâtres, lieux de concert, les opéras", a affirmé Roselyne Bachelot.

Un déconfinement très progressif 

Avec cette fermeture prolongée des cinémas, le gouvernement entend déconfiner de manière très progressive. A partir de mardi prochain, le 15 décembre, le chef du gouvernement autorise les déplacements dans toute la France. Il ne sera plus nécessaire de se munir d'une attestation en journée. Par contre, un couvre feu est instauré dès mercredi et débutera à 20H00 (et non à 21H00 comme le précédent) avec attestation obligatoire pour tout déplacement. Il s'appliquera aussi pour le réveillon du 31 décembre, contrairement à ce qu'avait envisagé le gouvernement dans un premier temps. Par contre, ce ne sera pas le cas le soir du 24 décembre.