MENU
Accueil
Coronavirus : des lycéens et des enseignants critiquent le protocole sanitaire et se mobilisent
Écouter le direct
Des élèves du lycée Bréquigny à Rennes (DAMIEN MEYER)
Des élèves du lycée Bréquigny à Rennes (DAMIEN MEYER) ©AFP

Coronavirus : des lycéens et des enseignants critiquent le protocole sanitaire et se mobilisent

Le protocole sanitaire pour faire face au coronavirus est jugé insuffisant par les lycéens. Ils se sont mobilisés dans plusieurs villes notamment Paris, Nantes et Besançon. Des professeurs se mettent aussi en grève.

Une foule compacte dans les couloirs de lycées, des élèves les uns à côté des autres pour entrer dans la cantine, des classes à plus de 35 etc. Le protocole sanitaire pour lutter contre la propagation du coronavirus dans les établissements scolaires français n'est pas respecté selon les élèves. Depuis la rentrée, ils publient des vidéos sur les réseaux sociaux pour dénoncer la situation. Ce mardi 3 novembre, ils ont aussi bloqué certains lycées, notamment à Paris, Nantes, Bastia, Saint-Nazaire ou encore Besançon.

Selon eux, les conditions dans lesquelles ils doivent étudier n'ont pas changé malgré le renforcement du protocole sanitaire par le gouvernement. 

Pour Mathieu Devlaminck, le président de l’Union national des lycéens (UNL), le gouvernement n'a pas profité des deux semaines de vacances de la Toussaint pour organiser les conditions de travail des étudiants. "La situation à la rentrée était intenable" explique t-il à Mouv'. "Il y a beaucoup de lycées où les classes étaient bondées, il y a des queues au self" poursuit t-il. 

L'UNL demande à ce que les effectifs soient restreints, que les programmes soient allégés et que des professeurs soient embauchés. L'Union propose une division des classes par deux pour que les cours soient effectués en demi-groupe.

L'UNL demande au gouvernement de prendre des mesures d'ici vendredi sinon elle organisera une nouvelle journée de mobilisation la semaine prochaine. 

La colère des enseignants s'exprime aussi. Depuis lundi, des professeurs se mettent en grève, ou font jouer leur droit de retrait. Le mouvement n'est pas encore massif mais plusieurs dizaines de collèges et de lycées sont déjà concernés, notamment en Île-de-France.